Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 9 Octobre 2013

Malgré l'opposition, Bruxelles adopte la révision des temps de vol des pilotes



La victoire des syndicats de pilotes européens aura été de courte durée. Le Parlement européen est allé outre le vote de sa commission Transports. Il a adopté la proposition sur les temps de travail des navigants, le 9 octobre 2013.



Malgré l'opposition, Bruxelles adopte la révision des temps de vol des pilotes
La révision des temps de vol des pilotes a été validée le 9 octobre 2013 par le Parlement européen, malgré l’opposition de sa propre Commission Transports et celle des syndicats des pilotes. Le projet a réuni lors du vote en séance plénière 387 voix pour, 218 contre et 66 abstentions. Le temps de vol maximum pour un pilote est donc abaissé de 11h45 à 11h00. Les organisations syndicales voulaient qu’il soit diminué à 10 heures.

Autre point de discorde pour les navigants : les périodes de stand-by. Selon eux, les nouvelles règles pourront les mener à être éveillés pendant 22 heures alors que les recherches scientifiques sur la fatigue indiquent que le temps de vol additionné à la période de stand by ne devrait pas dépasser les 18 heures. Mais, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) à l’origine du texte rejette ce calcul. Elle assure qu’ils ne pourront pas dépasser les 16 heures d’éveil, si l'astreinte est effectuée à l'aéroport.
L'association des pilotes de lignes du Royaume-Uni (Balpa) a déjà réagi et demandé à leurs autorités de ne pas adopter ce nouveau règlement. Pour eux, il représente un recul par rapport aux normes nationales en vigueur.



1.Posté par Garfield le 10/10/2013 14:12
Une fois de plus, ce sont des gens totalement déconnectés de la réalité (ces chers, et même dispendieux élus européens) qui imposent de nouvelles règles bien assouplies pour satisfaire aux lobbies de la finance aéronautique qui tirent les ficelles. Le parlement européen fait clairement passer la sécurité du transport aérien au second plan, donnant la priorité à la "sécurité des bénéfices"; une pierre noire à ajouter à ce parlement qui se discrédite aux yeux des citoyens de cette Europe...

Nul doute que ces parlementaires trouveront de belles excuses et ne sauront en aucun cas assumer leur responsabilité en cas de catastrophe. La dilution des responsabilités est leur rare domaine d'excellence, et jamais l'un de ces élus ne sera responsable de ses décisions, même les plus imbéciles, hélas...