Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Mauvaise nouvelle : les gentils ne réussissent jamais!


Dix ans d'étude, deux publications intermédiaires et une grande conclusion : les gentils ne réussissent jamais. Pour l'université de Tokyo et son centre d'étude du comportement, la force de caractère et l'absence de sentiment sont deux qualités essentielles des affaires. Conclusions directes de ce constat : les gentils, qui veulent aitre aimés et refusent d'être agressifs ou méchants, n'ont aucune chance de réussir dans la vie. Qu'on se le dise !



Pas la peine d'être devin pour analyser ce que l'on peut constater, de fait, dans la vie de tous les jours. Se soucier de son voisin, avoir des scrupules et ressentir le besoin d'humaniser ses relations sont des pensées qui ne permettent pas de mener à bien une carrière. Il faut être dur, killer à souhait et dénué d'affectif pour avancer dans le monde des affaires. Inutile de crier au scandale. C'est vrai ! Nous le savons bien en regardant autour de nous les dirigeants politiques ou les grands patrons. Tuer avant d'être tué n'est pas un slogan né ces dernières années. Les grecs et les romains le savaient. Platon écrivait que "Celui qui ne sait pas éliminer son ennemi s'expose à l'être sans même comprendre pourquoi" ! Il en va ainsi, les gentils, sans forcément être mous, se refusent à condamner sans comprendre. Mais regardons les choses en face. "Trop bon, trop C.." exprime le dicton populaire. Car être gentil, c'est parfois être naïf et dépassé par la réalité. Le jeu du dirigeant et du subalterne ressemble à celui du gendarmes et du voleur. Le monde des adultes ne change pas beaucoup de celui des enfants... Seuls les jouets coutent plus chers ! Aussi, mettez vous en tête que d'aimer votre voisin vous coutera votre carrière. Que si vous l'écoutez, c'est pour mieux le trahir et que ses idées sont toujours plus mauvaises que les autres. Si ces idées vous font bondir, c'est sûr, vous n'irez pas loin dans la vie ! Moi non plus...

Marc Dandreau

Dimanche 19 Février 2012


Notez


1.Posté par fra17 le 20/02/2012 11:29 (depuis mobile)
Pas du tout d' accord avec ca! Quid des nombreux temoignages largement diffuses dans la presse eco-manageriale remettant la courtoisie, le respect, la bienveillance, l'empathie,...bref le savoir-etre au centre de la relation inter-personnelle?

2.Posté par Pier45 le 20/02/2012 14:38
Bonjour fra17

Je crains que votre vision ne soit celle de "oui oui découvre l'entreprise". Entre les vœux pieux et la réalité il y a un fossé. Chez nous, grande distribution, la guerre est déclarée depuis longtemps. Si vous faites le moindre cadeau... Vous êtes mort ! Ni courtoisie, ni sympathie mais des peaux de bananes et des coups dans le dos. Bienvenue dans l'entreprise.
Pierre

3.Posté par Lucien le 20/02/2012 17:59
Bonsoir
En un mot, court, mon histoire : viré pour ne pas avoir été plus dur avec une équipe de maintenance dont j'avais la charge. Trop gentil selon mon boss qui a pris pour un aveu de faiblesse les commentaires sympathiques des techniciens à mon égard suite à un incident majeur sur des serveurs de données. 15 mois de chômage. Aujourd'hui, pas de cadeau, pas de gentillesse particulière. Je suis devenu un "chien" mais je ne revivrais pas cette expérience de bon samaritain.
Alors être gentil... cela ne sert à rien !
Lucien

4.Posté par Max le 21/02/2012 00:58
Ëtre gentil ne veut pas dire naïf ou manquer d'autorité. Je travaille au Canada depuis de nombreuses années et j'ai toujours cotoyé des clients ou des collègues de travail gentils. Peut-être que contrairement à l'Europe ou l'Asie, la gentillesse est perçue positivement tant qu'on ne tombe pas dans la mievrerie. Un patron qui serait perçu comme méchant risquerait d'avoir des poursuites judiciaires pour harcelement moral. On ne plaisant pas avec ça ici, au Canada.
Lucien, si j'étais vous, j'aurais poursuivi votre boss pour harcelement moral. Ne vous transformez pas en un monstre ou un méchant pour satisfaire à un boss qui manque de confiance en lui. Au contraire, vous devriez être fier que votre équipe aient eu des commentaires positifs à votre égard, c'est un signe de confiance et de motivation pour eux. Restez vous même.