Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Monsieur Hollande, vous allez faire quoi pour CDG ?


Les trois derniers Présidents de la République nous ont tous chanté, au moins une fois, le petit couplet de l'amélioration de l'accueil des étrangers en France... qui commence par nos aéroports parisiens. Le dernier en date (j'espère que ce n'est pas ce sujet qui lui a couté sa place) n'a pas caché qu'il fallait améliorer ce "point noir de notre pays" et précisé qu'il travaillerait au développement de la liaison ferroviaire entre Paris/Roissy. C'était en 2008. Je ne dirais rien sur Jacques Chirac qui a vite oublié Roissy CDG mais tout aussi vite créé une taxe qui porte son nom.



J'aurais pu fouiller dans le passé pour savoir ce qu'en pensait Giscard D'Estaing ou François Mitterrand, mais il est vrai que la sécurité et la sûreté ne se sont réellement développées qu'après le 11 septembre 2001. Disons qu'avant elle existait, mais moins férocement qu'aujourd'hui. Donc moins chère et moins rébarbative. Bref, regardons vers le futur et dès le 15 mai prochain, François Hollande, nouveau Président de la république, aura à trouver une solution simple à une question simple : comment améliorer l'accueil des étrangers en France... qui commence par nos aéroports parisiens ? Il faut dire que notre Président qui veut vivre comme tout le monde n'aura pas trop d'efforts à faire. Il lui suffira s'attendre ses bagages un dimanche (40 minutes le dimanche 13 mai pour un retour de Valencia), de chercher à passer un poste d'immigration un matin vers 6 heures 30 quand arrivent les vols de trois ou quatre pays dits sensibles, il aura déjà une bonne idée des efforts à faire. Sinon, s'il hésite, pourquoi ne pas tâter du contrôle de sûreté un jour de semaine, tôt le matin pour les premiers vols vers un pays européen voisin. Enfin, s'il n'est pas convaincu, je lui laisse le RER gare du Nord/Roissy vers 7h le matin. Mais qu'il se rassure, ce n'est la faute de personne. Même s'il règle les problèmes du nombre d'agents au poste de sécurité, il va se heurter au personnel privé des agents de sûreté ou mieux, s'opposer au choix des prestataires faits par les compagnie qui ont les mains libres pour dire qu'elles ne sont pas responsables des retards des bagages. Mais bonne nouvelle, ADP qui gère le tout réussit parfaitement ses boutiques de luxe et sa grille de tarifs. Comme quoi il y au moins, quelque chose marche. C'est vrai que c'est avant tout de la finance... Et ça le Président nouveau, il n'aime pas vraiment "la finance", selon sa campagne. Bonne nouvelle pour les voyageurs d'affaires ?

Marc Dandreau

Dimanche 13 Mai 2012


Notez


1.Posté par Eric le 14/05/2012 09:11
Ah..., l'incontournable nombrilisme de Paris...

Heureusement, comme porte d'entrée en France, il existe encore Nice, Marseille, ou encore Lyon, pour ne citer que ceux qui me viennent directement à l'esprit. Personnellement, je préfère éviter la plateforme parisienne, très mal connectée au centre ville, ou imposant parfois des transferts entre aéroports. Quel choc que d'arriver à CDG et de se retrouver dans un RER sale et tagué pour rejoindre le centre de Paris...! Sans oublier, bien sûr, l'épée de Damoclès que représente un mouvement social de dernière minute...

2.Posté par Jacques de Guise le 14/05/2012 09:12
Habitant dans le sud-ouest et étant obligé pour des raisons professionnel de me déplacer, j’essaie à tout prix d’éviter ORLY ou CDG, malheureusement on ne peut pas réussir à chaque fois. Très content de voir qu’Air France à créer des bases dites dans ce jargon parisien d’horreur, « de province » (on se croit encore avant l’Ancien Régime avec des dénotations pareilles), quand je suis obligé de me transporter outre-Atlantique, je préfère utiliser les bases de Madrid ou de Barcelone, même Amsterdam ou Munich que Paris. Mais là n’est pas le problème.
Le problème est Hexagonal et très franco-français : nous sommes comme français incapables de nous mettre au diapason de l’international. Voyons d’autres exemples de l’incapacité française à s’organiser pour nos visiteurs étrangers.
Les autoroutes info donnent des informations de sécurité toutes les quinze minutes en français dans un charabia que seuls des Français de Métropole peuvent comprendre. (J’ai eu du mal à comprendre ce que les stars de 107.7 ou de 105.5 disaient, moi venant d’un autre pays parlant français) C’est vrai que ces stations ont essayé ces dernières années d’utiliser des anglophones pendant l’été, mais les infos elles-mêmes étaient tellement difficiles à comprendre en français que pour les personnes comprend l’anglais, c’était ubuesque.
Comparant les restoroutes sur les bords des autoroutes, les aires pour s’arrêter pour se relever d’un fardeau naturel: la saleté, les robinets qui coulent, les WC qui sentent tellement mauvais que l’envie est coupée… On a envie de faire son business à l’étranger…car là au moins cela sent le PROPRE.
Je revenais en voiture c’est vrai d’Italie en janvier. Pour des raisons qui me sont propres, j’ai dû m’arrêter sur un restoroute côté italien et ensuite côté français. Le comparatif est contrariant: sur le Pavesi, les toilettes étaient propres et nettoyées, les magasins étaient bien achalandés et le restaurant était rempli. Coté français a quelque kilomètres, les toilettes n’avaient pas été nettoyées, car c’était le 1er janvier, le restaurant était vide, le parking le magasin aussi avec en plus un sentiment de déranger les employés de services et un manque de sécurité. Côté français, c’était tout pour plaire.

Je ne veux même pas entreprendre la question des accueils dans les gares, les WC, les personnes aux bureaux d’informations qui parlent que le français: c’est bien de vouloir être le premier pays qui dirige l’Europe, mais il faut le montrer avec des actes et pas toujours des belles paroles en l’air.

Finissions cette tirade contre la saleté. Dans un aéroport dit de province que j’aimerais, nommer tellement cela m’écœure, au départ, il existe des WC qui sont si sales que chaque fois que j’y passe, je me demande pourquoi je n’ai rien compris depuis la dernière fois. Les robinets sont souvent cassés, le pousse savons sont la-vous regardant vides, les rouleaux linge automatique sont souvent tirés et trainent parterre dans une eau sans description. Les WC eux-mêmes sont souvent bouchés avec des résidus qui flottent depuis des heures. Les papiers toilettes sont souvent par terre.
Une fois sur deux, il y a là des urinoirs qui sont couverts d’un plastique si elles ne débordent pas. Rajouter un brin d’odeur nauséabonde et le mélange vous fera fuir notre compatriote ainsi que l’étranger. Mais l’étranger gardera le souvenir d’une visite hippique à cet aéroport qui a un nouveau terminal tout beau et tout gentil…ou les toilettes sont superbes, mais l’entretien manque aussi.
Ayant une expérience comme cela, vous aimez mettre vos mains propres sur les sorties des portes?
On me dit que dans les toilettes dames cela n’est pas mieux.

Donc notre président qui a déjà des problèmes liés à la dette du pays, les retraites, et j’en passe va devoir s’occuper non seulement des files d’attente dans les aéroports, mais aussi des WC dans les gares, les aéroports et dans les lieux publics. Il a du pain. ,euh…sur la planche.

3.Posté par Serge le 14/05/2012 10:59
Twitter
Tous ces commentaires sont parfaitement exacts. La France ne connait pas la notion élémentaire de service. Les classements sur l'accueil placent les français en queue de peloton. Concernant ADP qui est une institution qui gagne de l'argent et qui reste sourde aux plaintes de ses clients en est un exemple navrant.


4.Posté par PML le 22/05/2012 12:35
Plus encore qu'une question de moyens, nous sommes là en face d'une question de société et d'éducation !

Allons nous un jour comprendre que nous ne sommes pas (ou plus pour les irréductibles) le centre du monde. Nous ne réglons plus les "bonnes manières" comme sous Louis XIV, nous ne "savons plus recevoir". Notre savoir faire, reconnu dans bien des domaines, a totalement disparu dès lors qu'il s'agit d'accueil, de faciliter la vie de visiteurs qui sont quand même, rappelons-le, plus de 70 millions à nous rendre visite chaque année. Alors bien sur, individuellement nous sommes persuadés que n'avons rien ou presque à nous reprocher.
Et pourtant, depuis des années, nous avons laissé nos petits intérêts personnels ou corporatistes prendre le dessus, nous n'avons pas su imaginer les attentes de nos concitoyens ou des visiteurs étrangers. Un exemple, l'Etat a dépensé des fortunes en subventions et en déductions fiscales pour faciliter l'implantation de sociétés chez nous mais n'a pas été foutu pendant des années de faire en sorte qu'il y ait plus de deux ou trois fonctionnaires au contrôle de police le matin aux arrivées alors que tous les vols en provenance de Chine (nos investisseurs), d'Asie et d'Amérique se posent quasi en même temps à CDG, provoquant des pertes incroyables de temps.
Pourquoi, alors que nous le faisons tous les jours dans nos vies personnelles, ne sommes-nous pas capables collectivement de prendre en considération cet aspect des choses. Ce n'est quand même pas sorcier d'expliquer dès l'école les bases de la politesse, la notion de service, de goût du travail bien fait. Ce n'est pas si dur de sensibiliser en permanence les gens à cette notion d'accueil, indispensable pour la réussite de notre pays (on le fait bien pour le veau de la Pentecôte !). Notre société a perdu le sens de l'intérêt général pour ne privilégier que l'intérêt mesquin personnel ou corporatiste. Le jour ou les français et plus généralement les résidants en France comprendront qu'il s'agit là de notre survie économique, que des emplois dépendent de notre façon de faire et de recevoir les touristes et les investisseurs alors il deviendra imaginable, voire possible :
. que les gestionnaires d'aéroport ET leur employés réfléchissent à l'amélioration du service public (signalitique, sécurité, information, propreté, restauration, zones d'attente passagers ET accompagnants, parking) qui ne soit pas "a minima" mais bien le reflet du "savoir vivre" à la française (ou au moins de ce que les visiteurs pensent qu'il est encore).
. que l'administration et ses fonctionnaires comprennent que c'est pas quand il n'y a personne qu'il faut que les guichets soient tous ouverts, que de la rentrée de devises dépend leur emploi et les recrutements futurs. Je suis sur qu'il doit être possible de motiver les fonctionnaires de la PAF d'une manière ou d'une autre sans que cela ne coûte des fortunes. Je crois que c'est simplement une question de volonté et de bon sens.
. que la sncf ou la RATP, la région et l'Etat comprennent qu'une ligne directe, sans arrêt, rapide, sécurisée entre Paris et CDG et ORY (un peu comme le Heathrow Express) pourrait avoir un effet positif sur la circulation en RP, la perception qu'il est facile de venir travailler ou visiter la capitale et sa région, que ce n'est pas un problème de transiter par Paris (et donc d'utiliser des Cies françaises).
. que les compagnies aériennes soient plus efficaces dans le traitement des passagers et de leurs bagages.
. que les salariés des plateformes aéroportuaires comprennent que la qualité de leur travail a un effet direct sur l'économie en ce sens que la perception de notre pays en est immédiatement impactée.

Toutes ces petites choses qui ne dépendent que de nous, qui ne sont de gauche ni de droite, et qui ne devrait pas coûter grand-chose puisqu'il s'agit de notre motivation personnelle et de notre envie de vivre bien dans notre pays ou dans celui que l'on s'est choisi.