Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Non, je ne suis pas nomophobe!


Vous savez ce que c'est, vous, un nomophobe ? Bon, allez j'en conviens, je l'ai appris très récemment et c'est vraiment un terme pédant pour briller en ville, vous n'avez donc rien d'un puits d'inculture si vous ne connaissez pas encore le mot. N'empêche que moi, comme tous les voyageurs d'affaires, je refuse de l'être, nomophobe !



Allez, fin du suspens, cherchez un peu dans les racines : la nomophobie, c'est la crainte d'être privé de son téléphone portable. Nomophobe pour No Mobile Phobia. C'est plus clair ? Le mot a été inventé au cours d'une étude menée en février 2008 par la UK Post Office commandée par YouGov, une organisation de recherche basée au Royaume-Uni , qui a observé les angoisses subies par les utilisateurs de téléphones mobile. Je brille, je roucoule, mais c'est tout simplement la définition de wikipédia. Bref, on peut parler de l'anxiété de celui qui se sent stressé s'il n'a pas son portable à portée de main. Et selon une étude publiée à Londres, 66% de 1000 personnes interrogées s'avouent très angoissées à l'idée de perdre leur téléphone. D'ailleurs 40 % de ces stressés, de peur d'être à court, en ont deux ! C'est une pratique que connaissent bien des voyageurs d'affaires: un téléphone de l'entreprise dans une main, un portable privé dans l'autre. Ou bien deux opérateurs, pour être sûr d'être toujours joignable pendant leurs déplacements.

Et bien moi, je vous l'avoue, la perte du portable ne me stresse pas, mais pas du tout ! Cet engin fort utile a bien des vertus, et il me permet comme beaucoup d'aller bien au delà de la fonction téléphone. Par exemple, dans les réunions barbantes de l'entreprise, je la joue sms, discrètement. J'utilise les fonctions internet, je transporte mon billet d'avion, je surfe sur les infos, pas de problème. Mais finalement quand un défaut de batterie me guette, non, je ne stresse pas : je débranche ! Et si je peux bénéficier de mon temps d'avion pour ne pas me connecter "Onair", j'en suis totalement réjoui! A moi la sieste, la détente. Je ne suis pas joignable et non, je ne "nomophobise" pas. Je relax, tout simplement !

Marc Dandreau

Mercredi 11 Avril 2012


Notez


1.Posté par Véronique le 11/04/2012 08:08
J'ai du mal à comprendre comment on peut se laisser "posséder" par un outil, quel qu'il soit, pas plus le portable que la télé. Essayez la soirée sans TV, la journée sans portable, c'est libérateur, même pour le voyageur (geuse !) d'affaires...

2.Posté par Agnès le 11/04/2012 12:58
Au sujet de la dépendance aux portables, le blog http://www.histoiresdeportables.com est très instructif. Il raconte des anecdotes vécues par des utilisateurs de mobiles. Hilarant ou désespérant ? A chacun de voir !