Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 21 Novembre 2013

Notre-Dames-des-Landes "sera construit", selon Cuvillier



L’aide de l’État pour la construction du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes tout juste validée par Bruxelles, le gouvernement monte au créneau pour réaffirmer son soutien au projet. Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a confirmé sur RMC que la plate-forme serait construite.



Le ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier a assuré sur RMC le 21 novembre que le gouvernement Ayrault soutenait le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. «Je souhaite qu'il soit construit et je fais en sorte qu'il puisse être construit», a-t-il expliqué. Pour lui, «Cet aéroport répond à une nécessité de croissance. La procédure est lancée, elle a été signée, le contrat a été signé pour la construction». Il a ensuite précisé que «Pratiquement tous les contentieux qui ont été lancés, et ils ont été nombreux, contre Notre-Dame-des-Landes ont été des contentieux perdus par les opposants».
Le projet doit encore franchir une étape. Bruxelles qui a validé l’aide de l’état versée pour la construction de l’installation, vérifie actuellement que l’aéroport est compatible avec la législation européenne en matière environnementale. Le ministre a reconnu que dans ce domaine, le dossier n’était pas assez précis. C'est un des points qui sera amélioré, selon lui, grâce à la «phase de dialogue» prévu à cet effet. Notre-Dame-des-Landes devait accueillir ses premiers avions en 2017, mais cet objectif sera difficile à atteindre. Les travaux préparatoires ont d’ores et déjà un an de retard.



1.Posté par François MONDON le 22/11/2013 12:08
Je suis conseiller municipal de Grandchamp des Fontaines et adhérent donc comme élu au CeDPA (collectif des élus qui doutent du projet d'aeroport).
Nos co-présidents et d'autres élus assistent à beaucoup de réunions avec le Préfet à la Préfecture de Nantes.
Nous avons l'habitude de communiqués comme celui-là où la superficialité du contenu et des arguments est constante, aussi bien de la part de ministres que de hauts fonctionnaires.
Les méthodes employées par tous ceux-ci peuvent choquer: après que la commission scientifique ait invalidé la campagne de mesures sur l'eau par exemple, ces hauts fonctionnaires changent de commission scientifique.
La DGAC qui se targue de compétence, utilise dans ses mesures pour le calcul du plan d'exposition au bruit, des chiffres qui s'ils ne sont pas absolument faux, sont triés pour arriver au but cherché. Cela, les spécialistes de l'aviation civile le montrent clairement. Ces méthodes, au plan de l'éthique sont graves et même très limites.
Au vu des arguments qui sont présentés aux citoyens par ces ministres, premiers ministres et hauts fonctionnaires, il y a une constante: Nantes n'est pas une ville comme les autres, le bon sens habituel et les constats faits aussi bien dans tous les aéroports du monde que ceux d'europe, ne s'appliquent pas à Nantes. Pourquoi? peut-être parce que les intérêts financiers immobiliers nantais et obligeances envers Vinci.sont soigneusement dissimulés derrières de faux arguments de création d'emplois et d'activité économique. Pour ces dernières, tous les exemples européens et mondiaux montrent que c'est le contraire qui se traduit quand on éloigne un aéroport de son principal cente d'intérêt: Nantes est et restera uniquement régional d'aéroport de liaisons point à point.
Affimer qu'un aéroport à Notre Dame des Landes sera un hub qui centraliserait un flux de voyageurs vers cet aéroport et donc au détriments des autres aéroports de l'Ouest relève du marketing des plus vulgaires.
Enfin une dernière remarque: cet aéroport a été décidé et imposé par un homme politique qui était simple maire de Nantes et proclamait parler au nom de l'intérêt général de tout le territoire de l'Ouest. Cet homme est à présent premier ministre.
La sincérité est à étudier chez jean-Marc AYRAULT notre Premier Ministre;
Cette sincérité est aussi à mettre en doute chez les autorités locales;
Quand aux hauts fonctionnaires il est permis de s'interroger si la servilité ne supplante pas le zéle.
L'Etat a tout à perdre dans tout cela, la confiance ne peut pas exister avec ces méthodes.Puisse la raison avoir gain de cause.