Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 9 Mai 2010

Nuage volcanique : la semaine de toutes les incertitudes pour le ciel européen ?



Paris ouvert, Munich fermé, Barcelone ouvert, Split fermé, le dimanche 9 mai a bousculé les prévisions des compagnies aériennes qui opèrent au sud de l'Europe. Ne cherchez pas une quelconque logique, chaque pays a décidé de la position à prendre face aux dernières évolutions météorologiques liées au nuage de cendres . Avec une reprise de l'activité volcanique qui divise les scientifiques, des prévisions anglaises fournies par le VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) contestées, difficile de savoir ce qui va se passer cette semaine. Bien malin qui pourrait rassurer les compagnies et les entreprises même si ce lundi 10 mai l'optimisme domine : tous les aéroports européens sont ouverts.



Nuage volcanique : la semaine de toutes les incertitudes pour le ciel européen ?
Côté Air France, loin des micros, on se dit confiant et un peu exaspéré par les communiqués de prudence émis ici ou là. A la demande et en accord avec la DGAC,la compagnie a réalisé samedi 8 mai, en fin d'après midi un vol d'évaluation dans le but d’améliorer les modèles de prévision des densités de cendres volcaniques. Ce vol a été effectué par un A320 qui a décollé de Paris-Charles de Gaulle, sans passager, à 17h10 pour s'y reposer à 20h17. Il a survolé le golfe de Gascogne et la chaîne des Pyrénées en ciel clair. Durant la partie méridionale de son vol, il a bénéficié d'un service de contrôle particulier qui lui a permis de suivre un profil défini en accord avec les spécialistes de Météo France. Il a pu ainsi confirmer qu'aucun résidu visible de cendres n'avait pu être observé dans les zones prévues par le de Londres. Les inspections complémentaires prévues par les constructeurs confirment l'absence de toute trace sur le fuselage et les moteurs.

Pour l'heure, les vols transatlantiques sont allongés de deux heures, voire supprimés par certaines compagnies qui ne veulent pas prendre le risque de ne pas pouvoir atterrir ou ne possèdent pas les appareils nécessaires pour allonger leur durée de vol de 2 heures.

A cette heure, et selon les différents communiqués émis par les autorités européennes de l'aviation civile, il est impossible de savoir s'il s'agit d'une fausse alerte ou si la situation peut empirer dans les prochaines heures.