Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 19 Avril 2010

Orly, Roissy et tous les aéroports fermés rouvrent partiellement ce matin à 8h00



Grâce à un accord européen, des corridors aériens seront ouverts dès mardi 8h entre Paris et les aéroports du sud de la France, notamment Bordeaux-Paris, Toulouse-Paris, Marseille-Paris et Nice-Paris, a annoncé Matignon lundi dans un communiqué.



Orly, Roissy et tous les aéroports fermés rouvrent partiellement ce matin à 8h00
Les aéroports au sud de la ligne Nantes-Nice vont demeurer ouverts et l'aéroport de Lyon a également rouvert ce lundi soir. Le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a précisé lors d'un point presse que la priorité serait donnée au "rapatriement" des voyageurs bloqués.

Cette décision de "réouverture partielle des aéroports (situés) au nord de la ligne Nantes-Nice" a été prise "en coordination" avec les partenaires européens de la France et "au vu des derniers vols tests effectués sous le contrôle de la DGAC (Direction générale de l'Aviation civile)", selon Matignon. Elle prend notamment en compte des conclusions des réunions d'Eurocontrol (l'agence de navigation européenne) et des ministres des Transports européens, qui se sont tenues lundi.

La compagnie Air France a immédiatement réagi pour se féliciter de cette décision du gouvernement français et sa cellule de crise a mis en place un programme de vols très dense.

Une zone européenne, déterminée par Eurocontrol, va restée interdite de vol pour des raisons de sécurité, elle correspondra " à la zone de plus forte concentration des particules de cendre volcanique et "des zones de précaution définies au niveau de chaque Etat, dans lesquelles le trafic aérien sera autorisé sous certaines conditions et avec un encadrement et un contrôle spécifique visant à assurer toutes les garanties de sécurité pour les passagers".

Jean-Louis Borloo a souligné lors d'un point presse organisé dans le même temps au ministère des Transports qu'il n'y aurait "plus de zone d'interdiction totale", mais que le débit sera "encore faible". "La proposition française a été acceptée de passer d'une zone d'interdiction de vol à une zone de grande précaution".

"La France serait concernée par cette zone de prudence" qui devrait permettre "une reprise douce et progressive du trafic", a-t-il souligné. Le ministre a ajouté qu'il n'y aura pas de "retour à la normale dans les heures qui viennent".

En Ile-de-France, il y aura une réouverture à partir de mardi matin "pour 15 à 20%" des vols, a précisé Jean-Louis Borloo, insistant sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'un retour "au trafic normal. Il faut donner la priorité au rapatriement", a-t-il ajouté, en soulignant que les "moyens de rapatriement sont accentués".

"Le maintien de l'ouverture des aéroports du sud et l'ouverture des corridors aériens permettront de réacheminer le plus grand nombre possible de passagers en provenance de l'étranger, et de reprogrammer des vols vers l'étranger au départ de Paris", souligne le communiqué de Matignon. "Les passagers doivent préalablement contacter leur compagnie aérienne ou leur agence de voyages avant de se rendre dans les aéroports".

Par ailleurs Matignon confirme que la ministre de l'Economie Christine Lagarde et le secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli réuniront mardi les représentants des compagnies aériennes et des tour-opérateurs pour "évaluer l'impact de l'interruption du trafic aérien pour ces secteurs".