Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


P.-H. Gourgeon : "La prime ne devrait pas être rendue"


Après la vision dogmatique d'une affaire qui, dans les derniers jours du mois de mai, a secoué Air France, les syndicats et le gouvernement Hollande... C'est au tour de l'ancien DG de la compagnie de faire savoir par ses proches qu'il "ne restituera pas la prime de non concurrence versée à son départ". Selon des sources proches de P.-H. Gourgeon, "Ce départ s'est fait en toute légalité et en toute transparence".



P.-H. Gourgeon : "La prime ne devrait pas être rendue"
Pour l'ancien DG, toute cette affaire ne tient pas. Selon lui, son différend avec Jean-Cyril Spinetta à propos de la Direction générale de la compagnie serait à l'origine de son départ, et il réfute les accusations qui visent à le rendre responsable d'une mauvaise gestion d'Air France sous sa direction. Il reste que c'est du côté du Conseil d'Administration d'Air France que le regard se porte. Comment se fait-il que cette affaire rejaillit aujourd'hui... 7 mois après que la prime ait été versée ? Pourquoi refuser aujourd'hui ce qui a été accepté hier, y compris par des représentants du personnel ? Le mouvement d'humeur des petits actionnaires, la pression de l'Etat, les demandes d'explication des syndicats risquent bien d'empoisonner la compagnie française dont l'urgence est le redressement économique. Le Ministre des transports, Frédéric Cuvillier, aimerait connaitre tous les dessous du dossier. Les aura t-il ? Rien n'est plus incertain !