Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 29 Mai 2017

Pénuries d'essence en vue ?



Les camions citerne ont repris lundi un mouvement entamé vendredi pour réclamer de meilleures conditions de travail. Ils bloquent la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) et le dépôt de la Rochelle. La CGT affirme que 70 à 80% des stations service de la région parisienne sont menacées de pénurie. Difficile de savoir s'il s'agit d'une info ou d'une intox pour mettre la pression !



C'est l'ensemble des conducteurs de camions transportant des matières dangereuses (carburant, gaz, produits chimiques...) qui sont appelés à manifester pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail. En plus du blocage de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) et du dépôt de la Rochelle, des barrages filtrants ont également été mis en place devant huit des neuf dépôts pétroliers de la région parisienne. Selon un porte-parole de la CGT, "70 à 80%" des stations service sont "en risque de rupture de stock, contrairement au discours rassurant de l'Ufip (Union française des industries pétrolières)". Selon lui, les opérateurs de chargement et déchargement (des camions) du groupe Total "envisagent" aussi de se mettre en grève, sur les sites de Pont-les-Valence, Gennevilliers, Toulouse et Valenciennes.

La CGT-transport entend pousser les organisations patronales du transport routier (FNTR, TLF, OTRE) à "négocier" l'insertion dans la convention collective du transport routier de "spécificités" propres aux matières dangereuses.

Soulignant que certains conducteurs "font 56 heures par semaine", elle demande notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois.

Difficile d'inciter les voyageurs d'affaires à faire systématiquement le plein, quitte à provoquer la pénurie qui pourrait être évitée... Suggérons simplement aux chauffeurs de ne pas laisser leur réservoir s'épuiser totalement pour éviter une éventuelle galère.