Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 23 Juin 2013

Peut-on laisser les maires seuls pour fixer le montant des amendes?



Un amendement adopté par le sénat pourrait mettre le feu au poudre chez les automobilistes, qu'ils soient particuliers ou professionnels de la route. L'idée des sénateurs est simple : le montant des amendes liées au stationnement dans les villes doit être fixé par les maires.



Voilà qui pourrait faire hurler celles et eux qui utilisent leur voiture pour travailler. Leur crainte ? Une hausse spectaculaire des prix. Verra-t-on exploser les amendes à 17 € au bénéfice de prix bien plus élevés ? C'est ce qui pourrait très vite se passer si seuls les maires sont habilités demain à décider du montant de la pénalité, si l'on en croit une majorité de Français. Selon une enquête menée par Sud Ouest Dimanche, 63 % des français sont opposés à cette idée de décentraliser la gestion des amendes pour stationnement. Aujourd'hui, l'amende forfaitaire appliquée partout en France est considérée comme "raisonnable" par les autorités. Certaines villes, principalement surchargées ou très touristiques, aimeraient doubler le montant de l'amende. Mais sans rien proposer pour aider au stationnement. Pour beaucoup d'élus favorables au projet, les sommes ainsi récoltées permettraient de créer des stationnements décentralisés en périphérie avec des liaisons assurées en moyen de transport collectif.




1.Posté par Garfield le 24/06/2013 12:32
Au premier abord, je comprends que cette annonce fasse bondir les automobilistes..., enfin, les habitués du parking sauvage surtout...!

Mais en y réfléchissant bien, ce n'est peut-être pas mal du tout... En effet, cela met les municipalités (et pas seulement les maires) devant leurs responsabilités, puisqu'elles sont "au front" et seront plus facilement soutenues ou sanctionnées en fonction de leur politique globale des transports. Une municipalité qui, vraiment, augmente les pénalités des récalcitrants alors qu'une offre valable en transports publics existe serait sans doute plus soutenue par les citoyens-électeurs qu'une municipalité qui ne serait que répressive... Alors, pourquoi pas? Autant tenter l'expérience, non?