Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Pour le SPAF, Air France n'a pas conscience de tous les enjeux d'entreprise


Selon le SPAF, deuxième syndicat majoritaire au sein des pilotes d’Air France, les annonces faites par la compagnie lors du dernier CCE le 4 octobre, sont le constat d'un marasme qui perdure au sein de l'entreprise. Le syndicat affirme dans un communiqué que "l’équipe dirigeante n’est pas à la hauteur des enjeux". Et de préciser qu'Alexandre de Juniac a lui aussi une part de responsabilité dans la situation actuelle.



Dans son communiqué, le syndicat précise que "le SPAF suggérait il y a 1 an que le PDG s’entoure d’une nouvelle équipe compétente provenant notamment de l’extérieur (comme Rakesh Gangwal en 1994, ex Vice-Président d’United et ex-President d’US Airways), il n’en a rien été et les premiers effets se font aujourd’hui sentir". Pour le syndicat, le personnel de la compagnie est démotivé et attend une véritable vision d'entreprise. Et d'ajouter : "Il faut du talent qui dépasse aujourd’hui celui de nos dirigeants".
En appelant de ses voeux une profonde réforme du management, le SPAF aborde aussi le sujet du sureffectif des pilotes. 350 d'entre eux sont aujourd'hui menacés dans le cadre de Transform, même si l'on sait qu'une grande partie pourrait bénéficier d'aides pour un départ en retraite. Le SPAF se refuse à confirmer ce chiffre et en dénonce la stratégie de communication. "Si sureffectif il y a, c’est une volonté manifeste de l’entreprise qui l’a créé pour permettre d’entrer en force dans des négociations sur le transfert d’activité et des emplois, vers Transavia principalement" explique le SPAF. En ce qui concerne le moyen-courrier, le syndicat de pilotes s’opposera à tout transfert d’activité. S’il envisage positivement de développer un pôle loisir Transavia, il estime que cela doit se faire avec des pilotes Air France, ne serait-ce que pour optimiser les synergies entre deux activités complémentaires. Pour conclure, le SPAF estime que "l’absence de dialogue, le non-respect des accords, la violation manifeste de la convention collective pilote sur les carrières - dernier événement en date- rendent le contexte social avec les pilotes de plus en plus tendu et l’issue vers le conflit inévitable".