Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 2 Janvier 2012

Premiers résultats 2011 sur la complémentarité modale TGV-Avion



En 2011, près de 3 millions de voyageurs ont utilisé un TGV pour prendre en correspondance un vol vers une destination européenne ou internationale sur les aéroports raccordés au réseau ferroviaire grande vitesse : Paris-CDG ou de Lyon-Saint Exupéry. C’est ce que révèlent les premiers résultats de l’enquête TGV-Avion, réalisée par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) auprès de 5100 passagers.



Premiers résultats 2011 sur la complémentarité modale TGV-Avion
L’enquête TGV-Avion de la DGAC montre que si la moitié des trajets intermodaux de Roissy-CDG sont pratiqués pour les loisirs, pas moins de 29 % des passagers utilisant conjointement l’avion et le train à titre professionnel et les cadres en sont les principaux utilisateurs. Sur Paris, le vol est principalement le long courrier (59 %) tandis qu’à Lyon, c’est l’Europe et la Méditerranée (60%) qui intéressent les voyageurs. Le TGV mène surtout les passagers qui se sont posés à Paris vers le Nord et l’Ouest. Les trains lyonnais sont surtout utilisés pour se rendre dans le Sud (47 %). Le temps d’un voyage intermodal à Paris-CDG est de 13h09 avec un temps de correspondance entre l’avion et le train de 3h23. A Lyon, le trajet prend en moyenne 7h49 avec une correspondance de 3h01. Près de 80% utilisent le TGV comme pré/post-acheminement à l’aller et au retour. Cette double solution de transport est plébiscitée par les utilisateurs parisiens pour son coût (43 %), le gain de temps (40 %) mais aussi pour la proximité de la gare de la destination finale (36 %). 86% disent ne pas avoir rencontré de difficultés au cours de leur voyage. Néanmoins 31 % n’ont pas été satisfaits par le confort dans la zone d’attente en gare. Les passagers de Roissy préconisent comme amélioration la mise en place d’un billet combiné unique tandis que les Lyonnais demande plus de restauration au niveau de la gare. Ils sont toutefois d’accord sur l’importance d’augmenter les fréquences et amplitudes des TGV (Lyon 57 % ; Paris 25 %). La suite des résultats de l'enquête seront publiés en mars 2012 avec les actes du colloque : «TGV-avion : une alliance d’avenir ?» .