Mardi 25 Septembre 2012

Quand Apple joue la pénurie et que les Chinois qui fabriquent l'iPhone5 se battent entre eux !


Au moment même où l'on évoque les quelque 5 millions d'exemplaires de l'iPhone déjà écoulés, Apple par l'intermédiaire de ses distributeurs reconnaît que la demande dépasse ses prévisions et qu'une pénurie sur le nouveau Smartphone de la firme à la pomme est prévisible. Coup de bluff ou simple astuce marketing ? D'autant, et les articles qui se suivent et se ressemblent, que la presse internationale salue quelques innovations mais souligne une nouvelle mouture loin d'être révolutionnaire.



Attendu comme le messie depuis quelques mois, l'iPhone 5 tient toutes ses promesses commerciales... Même si pour les technophiles, "sa conception technologique laisse à désirer". Toujours est-il que l'attente créant la faim, les fans se précipitent dans les magasins pour faire partie, eux aussi, des heureux propriétaires de ce nouveau modèle. Et pour corser le tout, l'usine chinoise de Taiyuan qui fabrique l'iPhone 5 a été fermée après qu'une bataille rangée entre 2000 ouvriers a fait plus d'une quarantaine de blessés. L'assembleur n'a jamais caché que les conditions de travail étaient difficiles en raison de la pression exercée par Apple. La marque américaine avait même dû intervenir pour que des étudiants embauchés de force pour construire le smartphone puissent retourner sur les bancs de leurs universités. Au final, selon la presse américaine, Apple serait plutôt satisfaite de la pénurie qui s'annonce, elle démontre clairement sa suprématie dans l'univers des téléphones et conforte son image de marque dans le monde entier. Malgré l'annonce d'une 4G absente en Europe, d'une refonte calamiteuse de la cartographie, de délais de livraison importants, Apple illustre bien cette idée qui veut que la société de consommation, souvent construite autour des nouveautés technologiques, soit une belle réalité économique. Les entreprises qui souhaitent remplacer une partie de leur parc de BlackBerry par Apple devront sans doute expliquer à leurs voyageurs d'affaires qu'ils ne sont pas encore près d'utiliser toutes les fonctionnalités censées leur faciliter les déplacements professionnels. La rançon du succès.





1.Posté par Dubost le 26/09/2012 09:31
Et alors ?
Les voyageurs d'affaire démissionneraient ils si on leur annonçait que leur smartphone ne sera pas changé ?
Peut être faudra t'il arrêter un jour de faire des commerciaux des enfants gâtés dont on devance sans cesse les désirs en leur créant des besoins dont ils sont esclaves le jour où ils se retrouvent sur le carreau.
Ça n'est plus l'envie de vendre qui les fait marcher, c'est la peur de manquer.
Je vous entends :" Qu'importe pourvu qu'ils avancent"
La belle société que nous avons fabriquée dans les DRH.