Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 25 Mai 2014

Quand Thales, British Aeropsace et BMW travaillent sur le siège business class du futur



Utiliser la technologie ne suffit pas pour concevoir un siège de classe affaires. Aujourd’hui il faut le personnaliser en fonction du voyageur. Et qui mieux que votre smartphone connaît vos habitudes et vos attentes ? C’est un peu le principe de ce nouveau fauteuil qui veut s’adapter au corps… Et à l’esprit.



Soyez patient, ce siège révolutionnaire ne va pas arriver demain dans vos avions préférés. Dommage, c’est vrai, mais il faut encore peaufiner quelques approches futuristes. Premier point fort, ce nouveau produit va chercher sur votre smartphone et dans ses bases de données tout ce qui vous est personnel. C’est l’application concrète d’un big data marketing évolué. Votre nom, votre musique, le type de films regardé… Bref, tout est « utilisé « pour personnaliser votre environnement. Bonne nouvelle, toutes ces infos sont effacées de votre profil « avion » dès votre sortie de l’appareil.

Pour peaufiner l’ensemble, l’ergonomie est repensée que ce soit au niveau du repose tête, de la courbure du dos ou du repose pieds. Un travail de «cocooning» qui se poursuit sur la position nuit. Finie la cassure du siège au niveau des fesses, un léger retour permet d’oublier cet inconvénient. Mais c’est dans les détails que ce prototype sublime la réflexion. Un son «surround» dans les oreilles du siège. Une maitrise sonore qui se limite à votre seul environnement. Le voisin n’entend rien ! Même approche pour l’écran qui optimise seul son positionnement pour une meilleure lisibilité. Les très petits, comme les très grands seront ravis. Petite originalité, le siège pourra assurer un bilan de santé du voyageur. En fonction du poids, il l’invitera à choisir tel plat dans le menu plutôt qu’un autre et affichera le rythme cardiaque avec des idées d’exercices pour l’optimiser.

À cette heure, ce produit unique en son genre n’est qu’un prototype. Thales, BAE et BMW n’ont pas encore annoncés de clients mais sont persuadés que d’ici trois à cinq ans, ce nouveau siège sera la référence du marché. On a envie de les croire.