Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Quand les sites internet du tourisme arrivent sur le voyage d'affaires


Alors que le tourisme traverse une crise importante, la plupart des grands noms de la vente de voyages "loisir" sur internet arrivent discrètement, mais sûrement sur le marché du corporate travel. Expédia l'a compris depuis longtemps avec Egencia, devenue le fer de lance "business" du groupe. D'autres s'y lancent en y mettant les moyens.



Il faudra désormais s'habituer à Opodo Corporate, Last Minute Business et autres appellations de ce genre, même si tous les acteurs du domaine n'ont pas forcément annoncé qu'ils chercheraient à prendre place sur le marché. Et de fait, utiliser leur puissance commerciale pour répondre aux demandes des PME/PMI n'est pas une nouveauté. Aux Etats Unis, les sociétés qui réalisent entre 200 et 250 000 $ de chiffre d'affaires utilisent massivement les services de ces sites en ligne pour leurs déplacements, peu nombreux il est vrai. Mais il y a un vrai marché construit sur le vieux principe des petites rivières et des grands fleuves ! Un marché facile à conquérir car peu ou pas pollué par les process des grandes entreprises, du type Cac40, et qui se construit sur une décision d'achat immédiate. Un besoin, un billet. A priori, les deux mondes (celui de la TMC et du Leisure) ont peu de raisons de s'opposer.
A priori seulement, car les évolutions du self travel (environ 4% des voyages d'affaires aux USA) sont rapides. L'Europe est plus prudente sous couvert de sécurité du voyageur, lisibilité des tarifs et autres "explications" plus ou moins valides. Mais inéluctablement, le voyage d'affaires à trois vitesses se met en place. Le global qui ne peut se passer des agences, l'intermédiaire qui a compris que l'externalisation du besoin passe par des structures établies et le self travel qui, indirectement, concerne plus de 51 % des entreprises européennes. Voilà donc la nouvelle donne. Mais attention, ces quelques lignes ne sont que les prémices d'un marché dont la maturité et la réalité ne se verront que d'ici une dizaine d'années. Aujourd'hui, le jeu se met en place. Nous ne connaissons pas encore le nom du gagnant.

Marcel Lévy

Mercredi 14 Novembre 2012


Notez