Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Quand un pilote de Ryanair écrit un livre pour dénoncer sa compagnie


On le savait, tout ne va pas pour le mieux au sein de Ryanair. Un pilote de la compagnie irlandaise vient de publier sous pseudonyme, Christian Fletcher, un livre qui démontre les dangers du "tout économique". Son livre : "Ryanair, low cost mais à quel prix ?" s'attaque à la sécurité des vols et laisse entendre que l'accident est "possible à tout moment".



Quand un pilote de Ryanair écrit un livre pour dénoncer sa compagnie
Officiellement, la compagnie irlandaise ne commente pas l'ouvrage, se limitant à préciser qu'une plainte a été déposée. Officieusement, on nous fait remarquer que ce type d'argument né avec les low cost n'a jamais été, et heureusement, suivi de faits. Ni Ryanair, ni EasyJet n'ont jusqu'ici connu de catastrophes aériennes comme "certaines compagnies européennes". Mais l'auteur ne se laisse pas démonter : "Ryanair est toujours à la limite de l'acceptable", laisse t-il entendre en évoquant les conditions de travail, les rotations des pilotes qui parfois ne dorment que quatre ou cinq heures... Sans oublier la pression permanente aux escales. Menaces, intimidations et politique de la peur permanente sont, selon "Christian Fletcher", les outils de management d'un personnel dont la seule finalité et l'obsession sont de trouver du travail ailleurs.
Mais le sujet qui obsède Ryanair, c'est l'économie du kérosène. Elle publie chaque mois les noms des meilleurs et des pires pilotes en matière de consommation. Et tout est bon pour y arriver : freinage brutal à l'arrivée pour moins consommer, climatisation réduite à bord, descente rapide (tant pis pour les oreilles des passagers), embarquement limité du volume carburant. Bref, que des sujets connus et déjà évoqués. L'auteur de l'ouvrage reconnaît que cette machine à gains est bien huilée. Ni sentiment, ni écoute sociale. Seul le résultat économique compte. Mais Ryanair peut-elle se permettre de gérer autrement une compagnie exclusivement construite sur les prix bas ? Christian Fletcher n'en parle pas. Dommage.

"Ryanair, low cost mais à quel prix ?", aux Éditions Altipresse






1.Posté par navigant le 05/06/2013 07:10
Et le scandale des subventions des CCI donnée à ryanair ? le ministre se saisit de cette question.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20130528trib000766964/ryanair-dans-le-collimateur-du-gouvernement-francais.html

2.Posté par Georges (SN) le 06/06/2013 09:51
En affaires, qu'on soit un travailleur indépendant, une PME, ou une grosse boîte comme Ryanair, on respecte les règles. Point barre. La fin ne justifie pas les moyens. Ce serait trop facile sinon. Et si Ryanair est incapable de survivre en respectant les règles, ses employés et ses clients, c'est son problème.

3.Posté par Axelus le 06/06/2013 12:24
Le plus triste dans tout ça, c'est que les "usagers" de cette compagnie (le terme client est impropre, tant M.O.L les méprise) n'en ont absolument rien à faire. Seul compte le prix !
Lorsque toutes les entreprises auront été LIDLisées, il ne faudra pas venir pleurer...
Il y a quand même un moment où le prix se justifie.