Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Quelles sont les compagnies transatlantiques les plus vertes ?


Une étude a analysé en détail l'offre et le confort proposés par les compagnies aériennes sur la ligne Paris – New York. Une autre s'est penchée sur la consommation de carburant des transporteurs aériens transatlantiques. La compagnie la plus écolo est Norwegian. Air France est neuvième.



Les liaisons entre les Etats-Unis et l'Europe attirent décidément l'oeil des analystes ! L'organisation International Council On Clean Transportation (ICCT) a étudié et comparé la consommation de carburant et les émissions de dioxide de carbone sur les aller-retour transatlantiques sans escale des 20 compagnies aériennes les plus empruntées en 2014. Résultat: Norwegian est la compagnie la plus verte. En moyenne sur son aller-retour JFK-Oslo, 42 passagers parcourent 1 kilomètre avec 1 litre de carburant (pass-km/l). Airberlin, KLM et Aer Lingus sont toutes les 3 sur la seconde marche du classement (36 pass-km/l). Ainsi Aeroflot se voit attribuer la 5ème place.

Pour sa part, Air France est 9ème avec 32 passagers parcourant 1km avec 1 litre de carburant pour son aller-retour CDG – JFK. Elle partage cette position avec Icelandair et Iberia.

Les trois transporteurs les moins économes sont Lufthansa, SAS, et British Airways. Ensemble, Ils sont responsables de 20% des sièges passagers transatlantiques disponibles et consomment entre 44% et 51% plus de carburant par siège-kilomètre que la compagnie la plus performante, Norwegian. L'étude précise que "L’écart entre la compagnie aérienne la plus économe et la compagnie aérienne la moins économe en carburant sur les opérations transatlantiques en 2014 est de 51%. Ce qui équivaut à environ deux fois l’écart de performance entre la compagnie la plus performante et la moins performante sur les opérations domestiques aux États-Unis ( 25% en 2014)".

Le rapport remarque que deux facteurs les plus importants influençant la consommation de kérosène des transporteurs transatlantiques sont la configuration des sièges et la consommation en carburant des avions. En revanche, Le coefficient de remplissage et le transport du fret influencent moins les performances d'une entreprise. L'étude ajoute "L’impact des sièges premium sur les émissions est considérable : les sièges de la première classe et de la classe affaire représentent seulement 14% des sièges-kilomètres utilisés sur les routes transatlantiques mais approximativement un tiers du total des émissions de carbone. Pour les compagnies telles que British Airways et Swiss, les sièges premium sont responsable d’environ la moitié du total des émissions de vols passagers". Moins de densité c'est, mathématiquement, plus de consommation/passager.

Les avions ont émis environ 700 millions de tonnes de CO2en 2013. ICCT explique "Si l’aviation mondiale était un pays, celui-ci serait classé au 21ème rang mondial en termes de PIB, et 7ème en termes d’émissions de CO2, juste derrière l’Allemagne et bien devant la Corée du Sud". Il prévient également "En l’absence d’intervention politique, les émissions de l’aviation sont parties pour tripler d’ici 2050". Une affirmation pour le moins discutable puisqu'elle part du principe que les constructeurs d'avion ou de moteurs ne feraient pas de progrès en terme de consommation ou d'émission, ce qui est pourtant constamment le cas.

ICCT
ICCT