Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 13 Février 2017

@ Régis Chambert : et si le futur était bien plus geek ?



Suite à la chronique de Régis Chambert, Julie T. nous a fait parvenir un long commentaire qui devrait permettre aux acheteurs de réfléchir sur le regard porté par leur entreprise sur l’organisation de leurs déplacements professionnels. Que dit Julie ? Qu’il y a deux marchés distincts dans le voyage d’affaires. D’un côté les grands comptes et de l’autre les milliers d’entreprise qui trouvent une réponse à leurs besoins dans la technologie. En gros, elle pose une question simple : qui va gagner dans le jeu du "je ne veux pas m’embêter à gérer mes voyages", la technologie ou la TMC?



La question de l'avenir de la TMC est classique
La question de l'avenir de la TMC est classique
"Monsieur Chambert, votre article me donne à réfléchir.
Je fais partie de cette génération Y qui trouve le passé bien meilleur pour ses valeurs, mais terriblement rétrograde dans sa façon de penser.
La déshumanisation je ne suis pas ''pour'', ça me fait vraiment râler. Mais d'un autre côté, elles sont tellement pratiques mes petites applis !
Voilà bien longtemps que je ne me suis pas documenté sur des chiffres. Mais...ça marche toujours ça, les TMC ? Je veux dire...En terme de progression, nombre de comptes ?

Mon petit avis à moi, c'est que ''les gros'' (les très grands comptes) sont clients. Non pas pour maîtriser leur budget voyages, mais pour se débarrasser de la tâche. En bref, ils achètent un service, moyennant finances. Les TCM sont là pour les déresponsabiliser, les assister et ‘'faire à leur place''. Du pur service quoi !

Pour les ''petits'' (dans ''petits'', je range tout le reste : PME, stars-up...) qui veulent maîtriser leurs coûts, j’ai envie de vous dire... Qu’Ils se débrouillent tout seuls. On n'est jamais si bien servi que par soi-même. En revanche, effectivement, tout cela demande à être bien réfléchi. Analysé.

L'autre jour, mon copain Dolu m'a demandé de l'aider à organiser pour lui un week-end à Londres. Un peu agacée je lui ai répondu : ''Vas voir sur Easyjet pour tes vols, le site te proposera un hôtel. Au pire, tu vas voir sur booking, tu achèteras sur place ton pass pour les transports''.
C'est là que je vous rejoins. C'est une compétence de savoir chercher, réserver, confirmer... Et je l'ai mesuré facilement quand mon ami Dolu, crayon de mine à la main et post it, m'a répondu ''izijette ?! Ça s'écrit comment ?!"
Impensable...

Pourtant issu de la même génération Y que moi, Dolu, devant toutes les sollicitations du Web, il est paumé. Mais Dolu, il est chauffeur routier, voyager n'a été son ''truc'' que très occasionnellement. C'est discutable, critiquable... Mais comme beaucoup d'utilisateurs modernes, j'ai une appli booking.
Omg! Lol! #damned !

Dans pas longtemps, j'imagine voir fleurir des petites boutiques, avec pignon sur rue, qui proposeront de fabriquer vos applis maison. Un peu comme on a vu fleurir ces boutiques de téléphonie au début des années 2000, vous voyez ?! Le marché de l'application sera moins marginal, démocratisé, abordable. Et un ''petit'' dirigeant d'entreprise pourra, entre midi et deux, venir faire fabriquer son appli, dans laquelle il demandera un icône ''déplacement'' (représenté par un petit avion qui décolle) et dans les fonctionnalités de cet icône, il aura pu intégrer toutes les règles et contraintes de sa politique voyages.

Ainsi, Mr X ne pourra pas cocher librement la classe affaires en réservant son billet d'avion, puisque son patron ne l'y autorise pas.
Et Monsieur X ne se rendra même pas compte qu'il a eu le choix entre easyJet et Air France, l’application aura choisi pour lui un compromis cohérent entre son besoin et la politique voyages mise en place par son entreprise.

Débarrassé d'un choix trop vaste, il aura juste le sentiment d'avoir trouvé son billet.
Qu'il soit initié ou non, comme Dolu. Oui je sais... Celà peut sembler moche.

Mais les TCM trouveront alors une nouvelle place. Sans doute auprès des très vieilles générations, auprès de ceux qui continueront de dire ''Je ne veux pas m'ennuyer avec ça, je préfère payer''. J'imagine alors que le métier devra évoluer. Le BTC (business travel consultant) se déplacera à domicile, dans les entreprises... Donnera des formations, des explications...

Le casque et le micro... c'était la génération A. "


Julie T.


Et vous qu'en pensez-vous ? Les commentaires vous sont ouverts ci-dessous



1.Posté par Anne-Laure le 14/02/2017 10:00
Bonjour,
Et pourquoi dissocier TMC et technologie en fait ?...Et si les TMC étaient capables de se repenser en incluant la techno ? Je ne trouve pas cela antinomique du tout, personnellement. Il s'agit pour elles de se remettre en perspective, de comprendre le monde dans lequel nous évoluons et de s'adapter ou mourir. Un gros défi s'il en est ! Mais pourquoi pas, après tout ? Apporter un nouveau service, une nouvelle valeur ajoutée aux clients. La TMC n'est peut-être pas encore morte ! ;)

2.Posté par Cohen Valérie le 14/02/2017 13:58
bonjour Julie
j'ai bien aimé votre commentaire mais j'espère que mes collaboratrices en charge du travel chez Renault ne vous liront pas, elles ne seraient pas très heureuses d'y lire qu'avec les TMC, les gros clients peuvent se décharger totalement et se "déresponsabiliser" grâce aux TMC. Chiche, venez passer une ou deux heures chez nous, vous devriez changer d'avis!
Quant aux appli, je suis d'accord avec votre vision d'appli sur mesure pour les jeunes générations est excellentes mais voyez-vous, nous avons exactement ce type d'application dans notre entreprise qui traduit parfaitement notre politique et savez vous ce que font ces jeunes ou moins jeunes générations ? he bien elles passent pas mal de temps à rechercher ailleurs, sur d'autres sites, pour challenger la proposition de l'outil maison..! bref pas si simple et à votre dispo pour discuter plus avant si on en trouve le temps. bonne journée!

3.Posté par Paule le 14/02/2017 16:09
Oui, oui et oui ! Il y a plus de PME/PMI que de grands comptes et donc beaucoup d'approches différentes pour le voyage d'affaires. Je ne les oppose pas mais je crois qu'effectivement les PME/PMI vont se passer des TMC, y compris sur le mid market. Mais prudence, aujourd'hui la TMC est plus un support d'analyse qu'une solution d'émissions de billets. C'est une différence fondamentale. Piloter un budget demande du savoir et de la visibilité. Le marché reste donc ouvert mais à condition pour les TMC de s'adapter ce qu'elles font
¨Paule