Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 13 Septembre 2011

Rhône-Alpes fait payer ses retards à la SNCF



TER en retard, manque d’explication aux passagers, la Région Rhône-alpes est exaspérée par la baisse de la qualité de service SNCF. Les élus ont réclamé 3 millions d’euros de dédommagement au transporteur ferroviaire pour le trafic insuffisant des TER en 2010.



Rhône-Alpes fait payer ses retards à la SNCF
11% de trains supprimés, un taux de régularité passé de 92% à 88% en 2010. Il n’en fallait pas moins pour que la SNCF mette en colère à la région Rhône-Alpes. Après les avertissements, les élus sont passés à la sanction : 3 millions de pénalité qui serviront à l’amélioration du service. Une nouvelle convention d’objectif et de performance 2011-2015 va d’ailleurs être signée avec le Réseau Ferré de France, responsable des infrastructures, une fois cette dernière acceptée par élus le 23 septembre prochain. La Région va aussi faire appel à une expertise indépendante pour évaluer sa politique régionale des transports ferroviaires et mieux déterminer les besoins des usagers.

Autre coup porté à la SNCF, le Rhône-Alpes vient également de refuser de participer au financement de la retraite des cheminots, 14,4 millions d’euros pour 3 ans, cette somme ayant été décidée avant la réforme de leur régime de retraite.



1.Posté par PAT le 14/09/2011 08:14
Ce que fait RHONES ALPES, c'est simplement d'appliquer la Convention passée. Comme pour toutes les autres Régions, celle-ci intègre un système de bonus / malus. En cas d'écart sur un ou plusieurs paramètres, la SNCF verse une pénalité. Si elle faisait mieux que l'objectif, elle toucherait d'ailleurs un bonus. Fort possible d'ailleurs que, sur certains items, la SNCF reçoit un bonus, annulé par des malus sur d'autres. Et la somme évoquée dans l'article n'est sans doute que le solde de ces deux mécanimes contraires. C'est d'ailleurs ce principe aussi qui empêche de verser aux voyageurs des compensations individuelles en cas de retards, suppressions de trains ou mauvaises exécution du service. La SNCF ne peut pas payer deux fois. En cas d'écart trop significatif entre le service commandé et le service rendu, elle indemnise la Région, autorité organisatrice des transport (le client c'est la Région). Elle refuse donc toute indemnisation individuelle aux voyageurs. Ceux qui ont déjà réclamé au Centre de Relations TER savent ça...

Au fait, quel est l'objectif de régularité inscrit dans la Convention ? 100 % ? Non, c'est impossible ! Sans doute 91 ou 92%, peut-être un peu moins autour de 89%, mais d'évidence pas plus. Ce qui fait quand même au moins un retard par semaine pour un voyageur quotidien. Aléa accepté par les contractants que sont la SNCF et la Région. Ce qui n'est pas rien. Et comme chacun sait qu'on ne parle que des trains qui arrivent en retard et pas des autres !

Autre paramètre à prendre en compte aussi, jusqu'à 60 % des retards ont une cause extérieure aux conditions normales d'exploitation du chemin de fer (véhicules automobiles défonçant les barrières des passages à niveaux, actes de vandalisme ou autres vols de cables en cuivre, accidents de personnes s'étant introduites à dessein dans les emprises pour en finir, chutes d'obstalces sur les voies, conditions climatiques très défavorables...).

Quant à ces 14,4 millions d'euros "somme décidée avant la réforme de leur régime de retraite", je pense qu'il y a une erreur de style dans l'article entrainant mauvaise compréhension. Je parlerais plutôt de coûts supplémentaires qui sont apparus APRES la signature de la Convention du fait de la réforme du régime de retraite. Explication : comme toutes les professions des régimes particuliers réformés, les salariés de la SNCF ont obtenu quelques compensations salariales en contrepartie d'ouvertures de droits plus restrictives en matière de retraite. Un coût salarial imprévu (?) qui alourdit la note de la Région. Il faudra bien que quelqu'un assume cette charge supplémentaire (en interne, la SNCF n'était pas spécialement enthousiaste à une réforme, qu'on se le dise). Sinon il y aura au final pour 14,4 millions d'euros de services TER RHONES ALPES en moins. C'est comme ça ! Je ne suis pas du tout sûr que ce soit un coup porté à la SNCF mais plutôt au service public.

Bientôt la Région va pouvoir, si elle le veut, faire appel à un autre exploitant que la SNCF. Chiche ?