Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair : "49 €, ce n'est pas du low cost"


A Beauvais Tillé d'abord, puis à Marseille où il annonçait dans les deux cas l'ouverture de liaisons estivales, Michael O'Leary a été fidèle à sa réputation. Pour sa visite annuelle en France, le patron de la compagnie irlandaise n'a pas révélé de grands secrets mais s'est montré critique sur ses concurrents.



Ryanair : "49 €, ce n'est pas du low cost"
S'il a passé du temps à expliquer pourquoi Ryanair reste la meilleure compagnie du monde, il a tenu a ironiser sur les tarifs Minis d'Air France : "A 49 €, ce n'est pas du low cost, c'est même très cher si l'on regarde nos offres" ! Malgré plusieurs questions à Marseille sur les aides financières reçues par sa compagnie, Michael O'leary est resté prudent,. "C'est un accord gagnant gagnant entre nous et les aéroports desservis". Seule certitude, Ryanair aura besoin rapidement d'avions et le projet d'une commande de 200 appareils à Boeing refait surface. En 2013 ? "Si les prix nous conviennent, pourquoi pas", répond Michael O'Leary. A Marseille, le programme d'été 2013 de Ryanair est riche de 37 lignes incluant 5 nouvelles liaisons vers Chania (Crête), East Midlands, Varsovie, Essaouira et Rabat (Maroc). Lille voit arriver un vol vers Fès dès le 26 avril et Beauvais permettra d'accéder à Rabat et Zadar.






1.Posté par Bernard le 17/01/2013 15:48
"...49 euros, ce n'est pas du low-cost..." dixit MOL !
mais 340 euros pour un aller simple, acheté la veille du départ, sur Ryanair, ce n'est pas du racket ?

2.Posté par mauricecg le 17/01/2013 18:00
Peut être qu'un jour les politique français ou un ministre s'intéresseront aux aides auxquelles ce monsieur fait référence.
Aides parfois publiques donc françaises qui favorisent des salaires extrèmement bas et poussent les compagnies françaises à partir.
Beaucoup des utilisateurs des low cost sont les premiers à pleurer lorsque leur salaire est menacé par des plombiers de l'est...