Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair assure qu'elle restera à Charleroi mais tacle Brussels Airways


En Belgique, des rumeurs disaient que Ryanair se préparait à quitter sa base de Charleroi pour prendre la direction de l’aéroport de Bruxelles Zaventem, si Brussels Airlines venait à disparaître. La low-cost irlandaise a réfuté ces informations par le biais d’un communiqué de presse le 11 décembre 2012.



Ryanair assure qu'elle restera à Charleroi mais tacle Brussels Airways
Ryanair assure qu’elle rejette «les récentes rumeurs émanant du gouvernement belge et/ou de Brussels Airlines concernant une possibilité de déplacer ses opérations à l’aéroport de Zaventem en cas de disparition de Brussels Airlines causée par ses pertes catastrophiques». Elle confirme «son engagement envers sa base, Bruxelles Charleroi, où Ryanair opère depuis les 15 dernières années, et où elle a construit un partenariat croissant et fructueux avec l’aéroport». Elle met en avant qu’elle a récemment ajouté de nouveaux avions et de nouvelles destinations au départ de ce tarmac. Elle ajoute ensuite qu’elle «n’a aucunement l’intention de déplacer ses opérations à l’aéroport de Zaventem, même si Brussels Airlines, une compagnie aérienne gérée en réalité par Lufthansa, cesse ses opérations».

Le transporteur profite également de ce communiqué pour demander au Gouvernement Belge «de rejeter les tentatives pathétiques de Brussels Airlines d’obtenir des subsides pour ses coûts élevés de main d’œuvre, ce qui se traduirait par une subvention – par le contribuable belge – de Lufthansa, l’un des groupes de compagnies aérienne le plus important en Europe».
Stephen McNamara de Ryanair, conclut : «Nous sommes cependant convaincus que si Brussels Airlines a besoin de fonds, ceux-ci doivent provenir de leur actionnaire principal Lufthansa, et non pas d’aides d’Etat artificielles ou de subsides de la part du Gouvernement Belge. En tout état de cause, les problèmes de Brussels Airlines sont – de loin – beaucoup plus graves que ses coûts salariaux ou ses frais opérationnels à Zaventem. Notre point de vue est le suivant : Brussels Airlines est tout simplement une autre compagnie aérienne à tarif élevé, au coût élevé, à une époque où la plupart des passagers attendent de bas tarifs et une efficacité de service telle que celle fournie par Ryanair à l’aéroport de Bruxelles-Sud Charleroi».






1.Posté par taillo le 12/12/2012 20:27
Venant de Ryanair le voleur du peuple au travers des CCI ça me fait bien rigoler qu'ils réfutent une aide "illégale" par Bruxelles. Une vraie bande de voleur cette low cost !!