Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair assure que Bruxelles n'autorisera pas son OPA sur Aer Lingus


Délestage de slots à Londres, proposition de créer une nouvelle compagnie… Rien n’y fait, semble t-il : Ryanair affirme que Bruxelles serait toujours opposée à son OPA sur Aer Lingus. La décision doit être officiellement rendue d’ici le 6 mars 2013. Info, intox ou ultime démarche politique de Ryanair ?



Ryanair assure que Bruxelles n'autorisera pas son OPA sur Aer Lingus
Ryanair a annoncé, le 12 février 2013, que Bruxelles allait refuser son offre de rachat de Aer Lingus malgré les propositions faites pour remédier aux problèmes de concurrence soulevés par une telle opération. «Il apparaît clairement, à la suite de la réunion de ce matin, que peu importent les mesures proposées par Ryanair, nous n'allons pas obtenir une audience équitable et nous allons être rejetés indépendamment des règles de la concurrence», a expliqué le responsable de la communication de la compagnie à bas coût, Robin Kiely. «Toute décision d'empêcher (l'offre de Ryanair) serait manifestement injuste et en opposition aux règles européennes de la concurrence (...) Cette décision est clairement politique, destinée à satisfaire les petits intérêts du gouvernement irlandais et n'est pas fondée sur les règles de la concurrence», a t-il dénoncé. Le transporteur mécontent affirme dans son communiqué avoir pourtant présenté de nombreuses garanties pour préserver la concurrence dans le ciel irlandais. IAG, maison mère de British Airways et d'Iberia, avait donné son accord pour racheter les activités de Ryanair et d'Aer Lingus sur la plate-forme londonienne de Gatwick. De son côté, Flybe souhaitait reprendre 43 liaisons d'Aer Lingus vers le Royaume-Uni ou l’Europe. La commission européenne n’a pas souhaité commenter cette annonce et a une nouvelle fois indiqué à l’AFP qu’elle publierait sa décision à la fin du mois ou début mars, au plus tard le 6 mars, la date limite fixée par l’institution.