Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair fait appel de la décision de Bruxelles


La Commission Européenne a exigé, le 23 juillet 2014, que Ryanair rembourse plus de 9,5 millions d'euros d'aides d’États versées par la France pour ses opérations sur les aéroports de Pau, Angoulême et Nîmes. Bruxelles a estimé qu'elles étaient incompatibles avec les règles de l'UE. La low-cost irlandaise a annoncé qu'elle allait faire appel de cette décision.



Ryanair a indiqué, le 23 juillet, «avoir pris note des décisions de la Commission concernant les aéroports de Pau (où il a cessé ses opérations en mars 2011), d'Angoulême (activités arrêtées en octobre 2009), et de Nîmes où il exploite actuellement quatre destinations». Mais elle compte se battre : elle va faire appel de la décision. Juliusz Komorek, directeur des affaires juridiques et réglementaires de la compagnie explique «Les décisions d'aujourd'hui confirment que les accords de Ryanair avec l'aéroport de Niederrhein respectent les règles d'aides d'État. Suite à la fermeture de cette affaire et aux six décisions positives antérieures prises pour les aéroports d'Aarhus, Bratislava, Charleroi, Marseille, Berlin Schönefeld et Tampere, nous allons immédiatement faire appel des décisions concernant Pau, Angoulême et Nîmes où la Commission européenne a suggéré à tort que les accords d'aéroports avec Ryanair n'étaient pas entièrement conformes avec les règles d'aides d'État».