Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair lance une pétiton pour interdire les grèves des contrôleurs aériens


Les contrôleurs aériens français ont renoncé à leur grève programmée ces 2 et 3 juillet. Mais la menace d'un nouveau mouvement des aiguilleurs du ciel de l'Hexagone en ce début des vacances n'a pas dû tout plu à Ryanair. Après avoir appelé les autorités à agir, la low-cost appelle les passagers à signer une pétition pour "Garder Le Ciel Ouvert En Europe".



Ryanair a comptabilisé que les syndicats des Contrôleurs de la Circulation Aérienne Français ont été en grève pendant 39 jours depuis 2009. Agacés par les perturbations causés par ces mouvements à répétition, la low-cost irlandaise souhaite que les autorités européennes et nationales agissent pour éviter que ces actions perturbent les vols. Pour appuyer sa demande, elle a lancé une pétition en ligne "Keep Europe’s Skies Open", autrement dit pour "Garder le Ciel Ouvert en Europe’ "

Ryanair propose pour sa part deux solutions pour éviter les perturbations causées par les syndicats :

Première proposition : retirer le droit de grève des syndicats de contrôleurs aériens en Europe, à l'instar des forces de police et militaires en Europe ou des contrôleurs aériens des États-Unis. "Les employés européens du contrôle du trafic aérien peuvent toujours rejoindre des syndicats pour organiser et exprimer leurs préoccupations par la médiation ou l'arbitrage exécutoire, ce qui n’implique pas de grève ou la fermeture du ciel européen", propose le transporteur

Deuxième proposition : permettre aux autres Contrôleurs de la Circulation Aérienne Européens de gérer les vols au-dessus de l’espace aérien français pendant les grèves du contrôle du trafic aérien, "ce qui minimiserait les annulations et les perturbations pour les clients d’Europe en Espagne, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni, qui ont besoin de traverser l’espace aérien français et espagnol".