Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair pourrait alimenter les long-courriers d'IAG, TAP... ou même Air France


A défaut, pour le moment, d'avoir son propre réseau long-courrier, Ryanair pourrait alimenter les vols intercontinentaux de ses consœurs. Son patron, Michael O'Leary, a reconnu être en discussion sur ce sujet avec plusieurs compagnies comme celles du groupe IAG ou Virgin Atlantic. Son objectif est également de nouer un partenariat avec Lufthansa et Air France-KLM.



Nouer des partenariats avec les compagnies traditionnelles afin d'alimenter leurs vols long-courriers. Michael O'Leary avait déjà évoqué l'idée l'année dernière. Selon Bloomberg, ce projet avance. Le patron de Ryanair a reconnu que des discussions avaient débuté avec le groupe aérien IAG ainsi que Virgin Atlantic, Norwegian et Tap Portugal afin que les court et moyen-courriers de la low-cost fournissent du trafic à leurs liaisons internationales. Il précise toutefois que la mise en œuvre de tels accords devrait n'être effective que "d'ici 5 à 10 ans". Parmi les partenaires dans son viseur, encore absents de la table des négociations, il cite Air France et Lufthansa. Selon son analyse: "Lufthansa continuera à desservir ses hubs principaux de Francfort et Munich depuis les 10 et 20 principales villes de l'Union européenne. Mais ils diront : regarde, nous perdons de l'argent en desservant les 20 ou 30 villes européennes suivantes, pourquoi nous ne nouons pas un accord avec une des low-costs". Il ajoute que ce raisonnement sera renforcé lorsque les prix du pétrole seront à nouveau à la hausse. Une situation qui devrait selon lui s'observer d'ici 2 à 3 ans.

Ryanair n'est pas la seule low-cost à vouloir développer des accords avec ses concurrentes, EasyJet a également reconnu qu'elle avait été approchée par plusieurs transporteurs traditionnels.