Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Ryanair victime d'une mauvaise image chez les consommateurs


Pour la 3ème fois, Bruxelles va semble t-il rejeter l'offre de reprise d'Aer Lingus par Ryanair. La low cost irlandaise serait, selon des sources internes, incapable de garantir une "saine et réelle concurrence" au départ de l'Irlande. Son financement d'une Flybe Irlandaise aurait même était perçu comme un leurre par les spécialistes de la Commission Européenne.



Mais au delà, selon les premières rumeurs dans la capitale belge, ce sont les mauvaises relations avec les consommateurs qui inquièteraient Bruxelles, bien décidé à ne pas laisser Ryanair imposer sa loi dans le transport aérien européen. Multiplication de frais injustifiés, facturation de surcoûts "illégaux" sur le règlement par carte bancaire, refus de prendre en charge les passagers bloqués... La liste des griefs de la Communauté Européenne contre Ryanair est longue. Enfin, les enquêtes pour ententes illégales ou manque de clarté du financements de certaines structures régionales viennent conforter l'idée que Ryanair ne joue pas avec les mêmes cartes que les autres transporteurs aériens. Ajoutons les plaintes diverses et variées engagées par Michael O'Leary dès qu'un désaccord nait entre la compagnie et Bruxelles... Et on comprendra mieux pourquoi la nouvelle demande de reprise d'Aer Lingus est loin de faire l'unanimité chez les européens en charge de prendre la décision. Pourtant, Ryanair ne veut pas baisser les bras et s'attaquera, en appel, à toute décision négative. Un procès sans doute perdu d'avance même si Ryanair aurait dans sa manche bien d'autres exemples européens qui se sont peu souciés de la concurrence, notamment au moment du rachat d'Austrian par Lufthansa.