Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 24 Septembre 2012

SNCF : 40 000 embauches d'ici 2017



A l’heure où toutes les entreprises se restructurent pour faire face à la crise, la SNCF semble sortir son épingle du jeu. La compagnie ferroviaire, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 32,6 Mds € en 2011, prévoit une hausse de celui-ci de 3,5% par an pendant 5 ans. Et Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, a révélé au Parisien que l’entreprise embaucherait plus de 40 000 personnes d’ici 2017.



SNCF : 40 000 embauches d'ici 2017
La crise a dû bon pour certaines entreprises. Face à leur baisse du pouvoir d’achat et surtout de la flambée des prix du carburant, les Français ont eu le réflexe de prendre le train au lieu de la voiture, plus onéreuse pour un trajet équivalent. La SNCF a ainsi vu son activité augmenter et pu stabiliser ses effectifs «Il n’y a eu aucune suppression de postes en 2011. Et si début 2012, on prévoyait de supprimer 1000 postes dans l’année, ils ont finalement tous été maintenus», a expliqué Guillaume Pepy, son PDG au Parisien. La société va également avoir recours aux embauches pour contrecarrer les départs en retraite «le groupe doit recruter plus de 40000 personnes d’ici à 2017 » a-t-il ajouté
La SNCF compte entre autres proposer 500 contrats d’avenir dans 4 domaines distincts : la médiation voyageur, l’entretien des abords du réseau ferroviaire, l’accueil des touristes et le développement de l’information digitale. Elle envisage également le recours aux contrats de génération : il prévoit le recrutement d'un jeune en CDI et le maintien d'un senior en activité. Enfin comme Airbus, la société serait prête à accueillir des anciens salariés de PSA Aulnay-sous-Bois à la fermeture de l’usine prévue en 2014.



1.Posté par Garfield le 26/09/2012 15:17
Au moins, il semble que le transport des voyageurs, ceux pourtant que la sncf a tant cherché à dégoûter durant des années (hors île de france et tgv), soit à la hausse.

Dommage qu'il ne soit pas aussi florissant du côté des marchandises. Sur ce domaine, la sncf a quasiment terminé son retrait planifié au bénéfice des routiers... Gares marchandises fermées, rejet systématique du wagon isolé (le petit ruisseau qui fait les grandes rivières), abandon de ces lignes régionales et locales tant haïes par la direction parisienne, les chargeurs ont enfin compris qu'ils étaient des pestiférés pour la sncf...