Sale temps pour Amex GBT : Avexia et l’UGAP vont gérer le Ministère des Affaires étrangères

La liste des clients qui quittent Amex au bénéfice d’une autre TMC vient d’être complétée par le Ministère des Affaires Étrangères qui a confié à L’UGAP la gestion de ses déplacements professionnels. C’est donc tout naturellement Avexia, partenaire de l’UGAP, qui aura en charge le suivi du dossier géré jusqu’à ce jour par Amex.

Après le CNES et Total, American Express Global Business Travel connaît un nouveau revers commercial, cette fois ci dans le monde du service public. Mais la perte du MAE pourrait n’être que le début d’une profonde mutation des achats publics de voyages. Voulue par le Président de la république, la convergence des dépenses publiques se met lentement en place et le Ministère de la défense, celui du développement durable ou même Campus France réfléchissent aujourd’hui à l’évolution de leurs achats qui, selon nos sources, pourrait déboucher sur de nouveaux appels d’offres voire de nouvelle TMC.

Mais au-delà, la montée en puissance d’Avexia est loin d’être inintéressante tant l’entreprise, membre du groupe italien UVET, creuse son sillon depuis quelques années. Les chiffres mêmes sont parlants. Sur les 105 millions de volumes d’affaires qui seront réalisés cette année, l’UGAP pèsera à hauteur de 26 millions. Globalement et en 7 mois, Avexia aura donc engagé près de 13 millions d’euros auprès de nouveaux clients et compte bien poursuivre son développement ces prochains mois.

Mais ce succès risque de poser bien des problèmes pour les relations commerciales entre Avexia et American Express. Le contrat de franchise qui lie les deux entreprises devrait normalement se terminer au début de l’année 2015 et les discussions autour de son renouvellement risquent d’être plus complexes que prévu. À l’origine, Avexia - pilotée pour son lancement par l'ancien patron d'Amex Régis Chambert - avait pour objectif de gérer l’ensemble des petits clients qui n’entraient pas forcément dans le périmètre d’Amex. Il semblerait même qu’une règle tacite aurait été imposée à Avexia : ne jamais prospecter des clients dont le budget voyage dépasse 1 million d’euros. On voit aujourd’hui que cette règle, si elle existe, est pulvérisée et qu’Avexia fait son entrée dans le monde des grands comptes de la façon la plus transparente possible, sans chercher à nuire à son partenaire.

L’exemple d’Avexia repose indirectement la question de l’efficacité d’American Express Global Business Travel. Non pas que l’on puisse totalement remettre en cause le travail qui a été fait par les anciens dirigeants même si parfois ces dernières années la relation client a pu laisser à désirer. Aujourd’hui, c’est en tout cas ce qu’expriment les grands comptes, c’est la qualité globale de l’offre proposée par Amex qui laisse à désirer. La fermeture des plateaux, la gestion comptable en Inde tout comme l’implémentation réalisée à partir de ce même pays, bénéficient sans aucun doute à la globalisation mondiale attendue par la TMC américaine, mais elle est de plus en plus largement rejetée par les clients européens.

Il faudra désormais attendre les actes du nouveau patron d’Amex GBT pour analyser la position de l’agence sur le marché français. Si les estimations font état d’un volume d’affaires sous la barre d’1,4 milliard, l’année 2015 sera cruciale pour redresser la barre. Face aux appels d’offres actuellement engagés, Guillaume Col aura une mission complexe : rassurer les anciens ou les futurs clients et mettre en place des process efficaces pour les satisfaire. Le tout sans solution technologique réellement efficace tant les investissements tardent à se faire dans l’IT où la montée en puissance des scoring cards devient un atout majeur dans la gestion des déplacements professionnels.