Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 21 Avril 2010

Sécurité, surcoûts, remboursement des voyageurs : la crise vue par les Travel Managers



Les réactions à chaud des Travel Managers à travers le monde après la crise provoquée par le nuage de cendres, montrent que la sécurité des voyageurs restent pour eux une priorité, malgré les problèmes économiques liés aux dépenses imprévues. Sujet sensible, le remboursement des voyageurs obligés d’avancer de nombreux frais ne semble pas chose acquise.



L'ACTE (Association of Corporate Executives Voyage) a sondé ses membres internationaux pour mieux comprendre l'impact de cet incident sur les programmes voyages des entreprises. Les résultats montrent que les Travel Managers ont majoritairement été affectés par les problèmes des voyageurs bloqués à l’étranger et par les annulations de réunion. Ils indiquent que leur priorité principale reste la sécurité des voyageurs, suivie par la gestion des dépenses supplémentaires imprévues. Près de 11% des personnes interrogées affirment ne pas avoir été touchées par cette crise.

La majorité des travel managers interrogés (71%), indiquent que leurs budgets voyages 2010 ont déjà subit une hausse «substantielle». Pour un tiers d’entre eux, les dépenses imprévues ont été jugées importantes. "Il est important de noter que les facteurs financiers de cette crise ont une signification particulière à la lumière de la fragile reprise économique mondiale pour les entreprises en général et pour le business travel en particulier", a déclaré le président de l’ACTE Richard Crum.

En ce qui concerne la gestion de crise, montrée comme très au point par les prestataires mais décriée par les usagers sur le terrain, l’étude montre que seulement quarante-sept pour cent des entreprises ayant répondu à l'enquête disposaient d’un plan en place pour gérer les voyageurs en détresse. Vingt-neuf pour cent d'entre elles n’ont pas déployé de programme spécifique pour cette crise, mais ont tout de même mis en œuvre des programmes prévus pour d‘autres types de crise. Pour 25% des répondant, cette crise est si extraordinaire et rare, qu'aucune préparation n’aurait permis de la gérer correctement. Ils affirment en conséquence ne pas avoir l'intention de modifier leurs politiques voyages dans l‘immédiat.

La question très importante du remboursement des voyageurs ayant avancé des frais de transport, d’hébergement et de restauration imprévus a été soulevée par l’étude. Et seulement 46% des répondants indiquent qu’ils rembourseront leurs voyageurs. Parmi eux, la moitié environ affirme que les frais en question seront soumis à une vérification minutieuse au cas par cas. Ce qui induit que les voyageurs ayant pris des initiatives allant à l’encontre de leur politique voyages pourraient ne pas être remboursés.