Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Service minimum dans l’aérien : le gouvernement veut aller jusqu’au bout


Quelle que soit la détermination des salariés du transports aériens, le ministre des Transports, Thierry Mariani, a déclaré que le mouvement n’avait «aucun sens» et assuré que le gouvernement irait "jusqu’au bout" de ce projet.



Service minimum dans l’aérien : le gouvernement veut aller jusqu’au bout
Alors que les salariés d’Air France débutaient leur mouvement social, ce lundi 6 février 2012, le ministre des Transports, Thierry Mariani, a réaffirmé sur l’antenne de RTL que le gouvernement irait «jusqu’au bout» du projet. Il a également ajouté «le droit de grève est maintenu, le droit de grève existe toujours, mais les passagers ont enfin quelques droits». Dans les pages du Figaro du 6 février, il va plus loin. Pour lui «cette grève n’a aucun sens» et précise que le droit de grève à la SNCF ou à la RATP n’a pas été menacé par l’instauration du service minimum en 2007.
Mais les pilotes de la compagnie semblent loin de partager l’avis de leur ministre. Le SNPL a affirmé que plus de 50 % des navigants étaient en grève. Air France qui avait annulé en prévision une centaine de vols ce lundi a dû en supprimer 20 % supplémentaires à la dernière minute.