Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Si les aéroports français ont découvert le monde de l'aérien, il va falloir maintenant qu'ils découvrent celui du téléphone.




Vous êtes vous déjà amusé à téléphoner à un aéroport français ? Non. Dommage, car c'est souvent plutôt drôle. C'est comme un jeu de piste grandeur nature sauf que le joueur, c'est vous et que vous êtes seul. Car le maître mot de la communication aéroportuaire se résume en quatre mots : consultez notre site internet. Tout est dit. A force de taper sur un clavier, on ne sait plus écrire à la main. De là à ne plus savoir parler, encore deux ou trois générations et on y sera.

Juste pour le fun, j'ai essayé de joindre l'aéroport de Brest. Inutile de chercher sur le site, après dix minutes je ne l'ai pas trouvé. Trop bien caché. Un point pour Brest. Brest, one point (merci de le prononcer comme à l'Eurovision). Pas mieux pour Lannion dont les horaires d'ouverture sont visiblement à géométrie variable. D'autant que sur les pages jaunes, je suis d'abord tombé sur un hangar. J'aurais peut-être du demander à parler à Monsieur Blériot. Qui sait, il tourne peut-être encore à la recherche de quelqu'un, lui aussi ? Lannion, one point. Ne voulant pas être en reste, je teste Marseille. Oh couillon, j'ai failli pleurer. 12 minutes d'attente avant le "peuchère", pardon le "Allo". Ma question, fastoche: "Combien coute le parking de l'aéroport pour une moto ?". Sourire dans la voix. Et la réponse tombe, immense : consultez notre site internet. Merci Madame. Journaliste, zero point ! Pas question de lâcher, je file sur ADP. Je tiens un bon sujet. Premier constat, ils doivent être financièrement gênés en ce début de mois car pour les contacter, il faut faire le 3950 à 0,34 € la minutes. En fait, j'ai compris, c'est avant tout un juke box, pas un centre de renseignement. Si la musique est boooonnne.... Au fait, juste à côté on vous donne un numéro en 01 70 36 39 50 (pas cher à joindre, mon fils). Je m'y colle mais mon accent auvergnat de Paris me trahit. On m'invite à faire le 3950. Y'a pas de petits bénéfices. Je recommence en prenant un fort accent allemand. Youpi, ca marche ! On dirait de Funès dans la grande Vadrouille. Le ridicule ne tue pas, les dépenses inutiles si.
Bref, tout ça pour vous dire qu'il vaut mieux téléphoner à voyage-sncf.com pour une info sur les vols en France. D'accord, ce n'est pas gratuit mais c'est efficace. Vous vous souvenez de Fernand Raynaud, célèbre comique des années 60 : "Allo, New York, donnez moi le 22 à Asnières". L'histoire est un perpétuel recommencement.

Marcel Lévy

P.S : Seul Nantes a été d'une efficacité parfaite, une fois le numéro trouvé. Contact rapide et rappel de mon interlocutrice.

Mercredi 15 Septembre 2010


Notez


1.Posté par Yvan Retole le 16/09/2010 07:55
Malheureusement, les aéroports ne sont plus les seuls à avoir ce type de contact avec les clients. Le téléphone n'est plus un moyen d'échange et d'information. Dommage. Je suis certain que les entreprises capables de l'utiliser véritablement comme un service aux clients (regardez la grande distribution) y gagneront commercialement.
YR

2.Posté par Vivien Solomi le 16/09/2010 11:04
C'est drôle mais plutôt juste !
Fini le téléphone vive twitter
Vivien