Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Soyons pessimistes, c'est très bon pour la santé


Heureux les pessimistes, les tristes et les aigris de la vie, ils devraient vivre plus longtemps que les autres. Dommage pour les pessimistes, ils devront les supporter. Voici quelques mois, nous évoquions ici une autre étude qui affirmait que les gentils ne peuvent jamais réussir. Conclusion, pessimistes et méchants, les royaumes de la réussite vous sont ouverts. Pour les autres, circulez y'a rien à voir !



Autant vous le dire de suite, ce constat n'est pas le fruit d'une réfléexion née ce week end mais d'une une étude allemande publiée sur le site internet de la revue Psychology and Aging. En clair et pour résumer le travail des scientifiques : "Moins on attend de la vie de bonnes choses, plus vous vivez vieux". Si le constat est discutable, la méthode utilisée, elle, est sans appel. Ce sont plus de 30 000 personnes, étudiées et analysées depuis 1984, qui permettent d'arriver à cette conclusion. Selon Frieder Lang, directeur de l'institut de psychologie gérontologique de l'Université de Nuremberg, cité par l'AFP ."Il est probable que le fait d'être plus pessimiste quant à son avenir incite les personnes âgées à prendre davantage soin de leur santé et à se montrer plus prudent vis-à-vis du danger".
Au delà du constat, ce travail vient conforter une enquête réalisée il y a deux ans par l'institut du comportement de l'université de Tokyo qui révélait que l'angoisse professionnelle associée au pessimisme donnait des résultats exceptionnels chez tous ceux dont les missions étaient commerciales. Ils devenaient plus convaincants, plus prompts à concrétiser leurs missions et plus aptes à démontrer le bien-fondé de leurs idées. Peut-on alors se dire qu'un voyageur d'affaires, bougon, doté d'un mauvais caractériel et perpétuellement pessimiste et angoissé donnera de meilleurs résultats que tout autre ? Sans doute si l'on en croit les scientifiques. Mais pour autant, sera t-il le plus agréable à fréquenter dans l'entreprise ? Certainement pas. Enfin, pour un recruteur, que l'on cherche à séduire par l'empathie dégagée lors d'un premier rendez-vous, devra ne chercher que les plus antipathiques des candidats pour être certain de ne jamais se tromper. Pas gai, non ?

Marcel Lévy

Dimanche 3 Mars 2013


Notez