Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Taxe CO2 : les européens « minables » pour Washington


Le secrétaire d’état américain aux transports n’y va pas par 4 chemins : pour lui, la taxe imposée par l'Union européenne sur les émissions polluantes du secteur aérien se résume à une «politique minable».



Taxe CO2 : les européens « minables » pour Washington
Ce n’est pas à n’importe où mais devant la commission des Transports du Sénat américain, plus haute instance de l'Etat américain en la matière, que Ray Lahood a eu ces mots doux : «Nous pensons que c'est une politique minable, une mesure minable qu'ils ont adoptée». Pour lui, cette taxe CO2 des européens aurait dû être présentée «de façon plus coopérative» et le secrétaire américain aux Transports a demandé à l'Union européenne de l'abandonner «afin de favoriser nos efforts pour trouver une solution sur le plan mondial», a-t-il dit devant les élus. Les américains n’aiment pas être mis au pied du mur, manifestement, et le secrétaire d’Etat a précisé qu’il n’entendait pas représenter les États-Unis au «second plan» dans les négociations sur le climat. La législation européenne, entrée en vigueur sur le papier le 1er janvier 2012, oblige les compagnies opérant dans l'Union européenne, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.