Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 10 Novembre 2011

Thierry Mariani, Ministre des Transports, déjà 3 millions de miles pour ses voyages personnels



Le Ministre des transports est un voyageur d'affaires comme les autres... Si ce n'est que les miles personnels dont il bénéficie sont issus des vols gratuits proposés par l'Assemblée Nationale aux députés ou par le gouvernement à ses Ministres.



Thierry Mariani, Ministre des Transports, déjà 3 millions de miles pour ses voyages personnels
Révélée par le Canard Enchainé, l'affaire fait sourire. D'un côté le Président de l'Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, qui demande que soit officiellement publié le statut des miles des députés et qui prose que ces "miles acquis par le biais d'un déplacement public, soient rétrocédés à l'Assemblée". Et de l'autre, un usage discret de ces avantages publics à titre personnel...Tous les députés qui voyagent en avion bénéficient de cette tolérance. Et le Canard Enchaîné de préciser "A force d'appartenir à diverses délégations de députés, Thierry Mariani a fini par récupérer... 3 millions de miles ! Un pactole qu'il utilise depuis, soit pour voyager en famille, soit pour faire campagne dans la 11e circonscription des Français de l'étranger. Laquelle regroupe, il est vrai, 49 pays d'Asie et d'Océanie". L'hebdomadaire précise que cette situation autour des miles est connue depuis 2010 sans qu'une décision ne soit prise autour de cet avantage qui, fiscalement, devrait entrer dans les avantages en nature des politiques. Seule certitude, le Ministre connaît bien les transports. Il le prouve. A sa décharge, l'avantage concerne l'ensemble des élus nationaux, quelle que soit leur famille politique.



1.Posté par Romy Bielsa le 14/11/2011 15:49
Ce qui est choquant ici c’est que la pratique d’utilisation des miles cumulés par le biais professionnel à titre personnel soit encore autorisée, que ce soit au gouvernement aussi bien que dans les entreprises, privées ou publiques.
Mais restons dans le cas du gouvernement, comment se fait-il qu’une telle institution qui, soit dit en passant, nous rabâche quotidiennement que la France est en crise et annonce régulièrement des plans de restriction budgétaire soit aussi laxiste face à cette pratique? Je ne parle pas ici des avantages non justifiés des salariés de l’Etat, dont tout le monde est au courant et que personne ne pourra rien changer, mais bien d’une pratique qui coûte cher à l’Etat et dont personne ne semble s’insurger, mis à part certains journaux nationaux qui publient quelques articles de temps à autres. Le problème qu’il faut soulever est que l’on parle ici d’une entreprise publique dont les déplacements sont finalement financés par les impôts et taxes que vous et moi payons.
Je ne comprends pas très bien ce déni permanent qui règne depuis des années en France à ce propos et qui consiste ni plus ni moins à cautionner ce genre de pratiques. Juste à titre d’information, Global Flight «www.globalflight.eu> est en contact depuis plus d’un an avec le Ministère du Budget à ce propos à qui elle a présenté une solution simple et transparente en terme de coût et l’état actuel des choses est le suivant : certaines personnes, comme Mr Accoyer par exemple, voudraient voir les miles cumulés à titre professionnel utilisés au titre de l’Etat lui-même. Mais la plupart des personnes concernées, y compris les preneurs de décision, bien qu’au courant que cette pratique peut permettre de générer des économies considérables (de l’ordre de 10% sur un budget aérien annuel), ne reconnaissent pas là un moyen facile de palier au déficit budgétaire, à l’heure où notre économie en aurait bien besoin et n’ont pas manifesté le souhait de trouver une alternative de peur d’une « rébellion » générale au sein des différents ministères.
Alors à quand une prise de conscience sur ces pratiques qui ne devraient pas être tolérées mais qui persistent au grand désarroi des personnes qui elles voudraient voir les choses évoluer?!