Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Tout ça, c'est la faute à la machine !


Peut-être avez-vous remarqué, à l'occasion des manifestations des «indignés» un peu partout dans le monde, que l'une des principales critiques des opposants à une vision par trop économique du monde abordait le rôle de la machine dans notre société. Il n'est pas question de remettre en cause celles qui sont indispensables à notre bien-être ou à nos déplacements, mais de condamner celles qui, lentement mais sûrement, viennent remplacer l'homme dans ses tâches quotidiennes. Qu'il s'agisse de distributeurs automatiques de billets dans les gares ou les aéroports, des outils de gestion individuelle ou des systèmes sophistiqués de vente en ligne, les «indignés» sont persuadés que la course technologique se fait, et se fera toujours, au détriment de l'humain.



Ce n'est pas la première fois que de tels propos apparaissent à l'occasion de manifestations organisées contre le pouvoir de l'argent dans le monde. Mais c'est la première fois que des économistes réputés confirment que la technologie va vite, trop vite, et qu'elle empêche l'homme de s'adapter à ces nouveaux besoins. On le voit bien dans la course à l'Internet où chaque jour apporte son lot de nouveautés, certaines totalement inutiles, d'autres révolutionnaires. Dans le monde du voyage d'affaires, la technologie est en train de bousculer lentement mais sûrement les structures d'appel souvent jugées essentielles par les voyageurs dans le cadre de l'organisation de leurs voyages. Le fameux «on line» est devenu l'obsession du Travel Manager qui sait qu'avec un tel système, il réduira sensiblement ses coûts.

Il serait ridicule d'imaginer que l'on puisse faire marche arrière dans un monde technologique. L'usage du smartphone, de la tablette, du code barre, de l'ordinateur portable... sont des exemples concrets de l'intérêt de la technologie. On peut cependant douter de l'utilité de tous les systèmes mis en place et s'interroger sur leur compréhension immédiate par les utilisateurs. Il est parfois plus simple de décrocher son téléphone que d'aller devant un écran complexe où la moindre demande prendra du temps et où le voyageur n'aura jamais la certitude qu'elle a été parfaitement comprise. Le débat est donc bien lancé : faut-il développer à outrance ces outils technologiques ou chercher à trouver un juste milieu entre le savoir-faire de l'homme et celui de la machine. Sauver l'homme pour protéger l'emploi et donc, de fait, le pouvoir d'achat et la consommation, moteurs de croissance. La question est loin d'être tranchée et les projets qui dorment dans les cartons des grands industriels du numérique sont loin d'être rassurants. Aujourd'hui, des initiatives sont en marche dans certaines grandes entreprises américaines, sorte de "résistance passive" aux nouvelles technologiques. Comme un soutien à l'homme face à la machine.

Hélène Retout

Mercredi 26 Octobre 2011


Notez


1.Posté par Marc Roche le 27/10/2011 07:59
C'est un vieux débat qui dure depuis les débuts de l'industrialisation de la France. Aujourd'hui nous n'avons plus de production industrielle mais des machines qui se développent très vite, trop vite
Il n'y a pas de solutions à ce problème. Les supprimer ? Vous supprimerez des emplois. Les développer aussi.
Si vous trouvez la réponse... Je prends !
Marc Roche