Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Trafic international : +5,3 % en 2012 selon IATA


Selon l’Association du transport aérien international (IATA), le trafic passagers a connu une croissance de 5,3 % en 2012. La demande a augmenté davantage sur les marchés internationaux (6,0 %) qu’intérieurs (4,0 %). Mais dans les deux cas, ce sont les pays émergents qui ont été les principaux facteurs de croissance. Par contre, le secteur fret est toujours en baisse avec 1,5 %.



Trafic international : +5,3 % en 2012 selon IATA
L’augmentation de 5,3 % de la demande dans le secteur passagers a été légèrement inférieure à celle de 5,9 % enregistrée en 2011, «mais ce chiffre demeure supérieur à la moyenne de 5 % sur vingt ans», précise IATA . Les coefficients d’occupation sur l’année ont approché des niveaux records avec 79,1 %. «Le secteur passagers a connu une forte croissance en 2012, malgré les mauvaises nouvelles économiques qui ont marqué les douze derniers mois. Cela démontre l’importance cruciale des voyages aériens pour la connectivité mondiale. En même temps, les coefficients d’occupation près des records illustrent l’extrême prudence dont font preuve les compagnies aériennes dans la gestion de la capacité. La croissance et l’utilisation intense des appareils ont aidé les transporteurs aériens à réaliser en 2012 des profits évalués à 6,7 milliards $, et ce, malgré les prix élevés du carburant. Mais avec une marge bénéficiaire de seulement 1 %, l’industrie arrive tout juste à maintenir la tête hors de l’eau», a expliqué Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Le trafic international
La demande dans le secteur passagers internationaux a augmenté de 6,0 % en 2012. La plus forte croissance a été observée dans les marchés en émergence, particulièrement au Moyen- Orient (15,4 %), en Amérique latine (8,4 %) et en Afrique (7,5 %). La capacité a un peu moins grimpé que la demande (4,0 %), ce qui a conduit à un coefficient d’occupation des sièges presque record, à 78,9 %.
Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une hausse de 5,2 % du trafic passagers en 2012. Ce taux est plus élevé que celui de 2011 (4,0 %), "quoique ce dernier ait été affecté par le tsunami au Japon" précise IATA. La performance de 2012 correspond à la moyenne mondiale et représente environ le cinquième de toute la croissance de l’industrie. Après un début lent, le quatrième trimestre a été stimulé par le rétablissement de l’économie chinoise et le renforcement des importations et exportations asiatiques. L’augmentation de capacité de seulement 3,0 % sur l’ensemble de l’année a permis de maintenir un coefficient d’occupation favorable de 77.5 % en moyenne.
Chez les compagnies européennes, le trafic passagers a augmenté de 5,3 % en 2012, soit une forte baisse par rapport à 2011 où le taux était de 9,5 %. La croissance est attribuable à la performance des transporteurs de la zone euro sur les routes long-courriers (les voyages à l’intérieur du territoire de l’UE ont stagné en raison de la faible croissance économique). «De plus, environ un quart de la croissance des compagnies aériennes européennes est lié à des transporteurs de l’extérieur de la zone euro (la Turquie étant un contributeur important). La capacité a augmenté de 3,1 %, hissant le coefficient d’occupation moyen pour l’année à 80,5 %. Cela s’ajoutant aux autres avantages de la consolidation de l’industrie, l’industrie européenne a atteint le seuil de rentabilité pour l’année, ce qui représente une performance financière bien meilleure que celle à laquelle on pouvait s’attendre dans les conditions économiques difficiles qui règnent», explique IATA
En Amérique du Nord, le secteur aérien affiche la plus faible croissance de trafic passagers internationaux, avec un taux de 1,3 % (en baisse par rapport au taux de 4,1 % en 2011). Les restructurations, les consolidations et une gestion serrée de la capacité (en baisse de 0,3 % pour l’année) ont néanmoins permis d’atteindre le coefficient d’occupation le plus élevé (82,0 %), ce qui a contribué à des profits évalués à 2,4 milliards $.
Les transporteurs du Moyen-Orient sont responsables de près du tiers de la croissance globale des marchés passagers internationaux, avec une croissance de 15,4 % (en hausse par rapport au taux de 8,9 % enregistré en 2011, qui reflétait l’impact du printemps arabe). La capacité a de son coté augmenté de 12,5 % tandis que le coefficient d’occupation a atteint 77,4 %. Les compagnies de la région ont accru la connectivité de leurs aéroports pivots, en augmentant de façon substantielle leur réseau et la fréquence des vols. «Malgré l’expansion, le coefficient d’occupation amélioré indique que la croissance est viable et que les compagnies aériennes de la région ont réussi à attirer de nouveaux passagers», ajoute IATA
Les compagnies d’Amérique latine ont enregistré une croissance de la demande de 8,4 % en 2012. Il s’agit de la seconde meilleure performance (après le Moyen-Orient). Elle est liée à l’augmentation des revenus et à la baisse du chômage dans la région (en particulier au Brésil). La capacité a grimpé à un moindre rythme (7,5 %) de sorte que le coefficient d’occupation s’est maintenu à 77,9 % pour l’ensemble de l’année.
Les transporteurs d’Afrique ont eu une solide croissance annuelle, avec une hausse de 7,5 %, alors que l’expansion économique du continent stimule le trafic. L’augmentation de capacité de 7,1 % a été tout juste inférieure à celle du trafic. Cela a porté le coefficient d’occupation à 67,1 %. Il s’agit du plus faible taux parmi toutes les régions.