Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Transavia peut-elle attirer les voyageurs d'affaires ?


Présentée comme la compagnie "loisir à bas coûts" d'Air France, le développement annoncé de Transavia, rapidement évoqué par Air France ces derniers jours, va t-il changer le regard des voyageurs d'affaires ? Si pour l'heure, les destinations desservies restent encore très touristiques, Transavia pourrait rapidement s'orienter vers du régulier susceptible d'attirer le corporate Travel.



Transavia peut-elle attirer les voyageurs d'affaires ?
Avec 30 avions annoncés fin 2015, Transavia aura les moyens de desservir des capitales européennes attractives pour le loisir mais également présentes sur les circuits du voyage d'affaires. Déjà aujourd'hui, Lisbonne ou Porto sont quasiment desservies en lignes régulières. Le Nice Amsterdam ou le Lille Rome sont déjà utilisés pour des déplacements professionnels. Autre atout de taille, Transavia vole réellement à des prix siège/kilomètre proches de celui des low cost : 4,7 € contre un peu plus de 9 sur le moyen courrier d'Air France. Autre constat, AF veut abandonner certaines lignes au départ de Paris, concurrencées par le TGV, et privilégier des vols de province vers les capitales européennes les plus demandées. Pour les syndicats, cette vision confirme l'abandon à terme par AF des vols "courts et moyens courriers" qui seraient alors redistribués sur Hop! et Transavia. En 5 mois, Hop! a déjà réalisé 22% de son CA par le business travel. A l'évidence, si Transavia venait à se mettre sur des destinations fréquentées par les voyageurs d'affaires, elle pourrait rafler une partie des déplacements d'une journée à des tarifs proches de ceux pratiqués par les low cost. Enfin, dernier argument, l'ouverture des vols Transavia aux miles Flying Blue. Même si officiellement ce n'est pas (encore) d'actualité, on reconnaît y penser chez Air France, maison mère de la compagnie. Le jeu en vaudra t-il la chandelle ? Pas si sûr. La gestion des miles, qui sera sans doute revue une fois de plus avant la fin 2015, pourrait être moins favorable sur des vols de 1 à 3 heures. Rien n'est encore figé.