Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Travel Manager, combien de divisions ?




L’intérêt de couvrir en permanence un domaine professionnel, c’est que l’on a vite le sentiment de bien le connaître. Je vous rassure, notre quotidien est fait en permanence de découvertes et devrait l’être encore pour longtemps. Mais ce qui me gène le plus, c’est d’être incapable de répondre à la question : combien y a t-il de travel-managers en France ? Pour nous, à Voyage et Business, nous en avons recensé 213, directement impliqués dans le monde du voyage et portant ce titre professionnel. Ils dépendent le plus souvent des services Achats ou des Relations Humaines. Mais concrètement, la réalité est un bien différente!

Plusieurs spécialistes évoquent aujourd’hui un peu plus de 1600 personnes dédiées à la fonction «organisation des voyages» au sein des entreprises ou des administrations françaises. Selon les patrons de «plateaux d’affaires», il faut intégrer à ce chiffre les assistantes de direction qui réservent pour leurs services et les cadres qui gèrent eux mêmes leurs voyages. Globalement, le chiffre passe à 6200 personnes pour une estimation annuelle de 536 000 voyageurs individuels qui se déplacent à l’étranger pour des raisons professionnelles. On pourrait rajouter les agents de voyage et le personnel des compagnies aériennes et hôtelières dédiés business travel… Et alors ? Ne me demandez pas d’où je tiens ces chiffres. Ils sont le fruit de croisements et de discussions avec les professionnels du domaine. Suis je certain de mes sources ? Absolument pas ! Sont ils alors faux ? Je n’en sais rien. Et je ne prendrais pas le risque d’affirmer que c’est du solide. Je suis dans le flou total. Et cela me gène. A une époque ou tout est mesuré, le voyage d’affaires souffre cruellement de cette absence de mesures! Impossible de fixer les contours du marché. Impensable de déterminer avec précision le nombre de professionnels du domaine. Périlleux d’établir des paniers moyens ou des tendances. Le dire c’est bien mais comment faire bouger cette situation ? Il manque aujourd’hui un observatoire sérieux et indépendant, piloté par les travel managers eux mêmes et intégré à une association professionnelle qui n’en sera que plus forte. C’est sans doute ce qu’il faudra chercher à créer ces prochaines années. Car plus de poids donnera plus d’écoute. Que ce soit chez les fournisseurs, les pouvoirs publics ou l’entreprise elle même.

Marcel Lévy

Jeudi 21 Février 2008


Notez