Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Trop de réseaux, ras le bolo !




Votre prochaine vie sera réseau ou ne sera pas. Facebook, Viadeo, Linkedin,… Chacun doit gérer sa propre image en ligne, se faire des « amis », surveiller et informer sa communauté. Mieux qu’un CV, se construire une image « on line », un profil « bankable », bref, s’afficher. Eh bien moi je vous le dis : trop d’infos tuent l’info !


C’est amusant voire rigolo, de passer un peu de temps sur Internet pour soigner son profil, et les journaux écos multiplient les articles à cet effet : « Comment gérer son image sur Internet », « Le référencement idéal de son CV », « La communauté virtuelle, des contacts à soigner ». Tout cela est vrai, évident. Un réseau, un carnet d’adresses, c’est une force qui n’a plus à être démontrée. Avoir le «bon profil», c’est un atout qui ne doit pas être négligé. Surtout par temps de chômage ou de recherche d’un emploi nouveau, parce que sinon, gare à la surcharge d’e-mails ou d’amis qui ne vous veulent pas que du bien, mais passons.

Le problème, c'est que du profil en ligne, on est passé aux réseaux sociaux "voyage". Et chacun d‘y aller de sa proposition pour rendre le déplacement plus utile ou plus agréable : c’est ainsi qu’est né à l'automne 2008 Bluenity, le site pour savoir avec qui vous allez voyager à bord d’Air France. Ou à la même époque Rezo, le réseau de la SNCF, pour mettre en relation les usagers du train. Et voici que Sabre propose Agent Stream, réseau en ligne pour agents de voyage branchés sur le GDS. On passe le club des « amis du train de 8h12 », qui réclament le droit de se suivre et se retrouver en dehors de leur navette préférée, le blog des « amis du 8h13 », qui détestent ceux du 8h12, trop matinaux. Je dis Stop ! Trop de réseaux tuent le réseau ! Tant pis si je passe pour un(e) dinosaure, je veux voyager top secret pour mes affaires! Tant pis encore si je ne « rentabilise » pas ce temps par de nouveaux contacts ! A moi, le droit de dormir bouche ouverte dans l’avion sans me soucier du voisin, de buller sans vergogne ni crainte de la dénonciation sur le net, de ne pas annoncer à toutes les communautés réunies le train ou l’avion que je compte prendre. Dis-cret, je la joue discret. ! Et j'économise des heures à ne pas chercher de compagnon de voyage. Tranquille, quoi !

Hélène Retout

Vendredi 6 Novembre 2009


Notez