Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


USA : Les sénateurs républicains veulent rétablir les visas d’entrée pour les Français


Spécialement créée pour les pays exemptés de visa, l’ESTA pourrait vivre ses derniers moments en France. Les sénateurs américains veulent proposer une nouvelle loi, dont le texte sera déposé en décembre prochain et qui rétablirait les demandes de visas pour tous ceux souhaitant se rendre aux États Unis. Dans le viseur, des pays comme la France, accusés de ne pas suffisamment communiquer sur les cellules terroristes et les membres de ces réseaux.



Un peu plus de 20 millions de voyageurs sont entrés sans visa en 2014 aux Etats Unis et Washington reconnait que la mesure facilite les échanges internationaux, les voyages d’affaires et le tourisme. Mais cette vision de la TSA n’est pas partagée par les Sénateurs Républicains qui demandent un rétablissement pur et simple des visas d'accès, seule solution pour eux de lutter contre la montée du terrorisme.
 
Pour Bob Corker, président de la commission des Affaires étrangères au sein du parti républicain "L’Europe ne joue pas assez le jeu et limitet les échanges d’informations voyageurs fournies aux autorités de sureté". Son confrère, Michael McCaul, président républicain de la commission de la Sécurité intérieure, souhaite que "Les pays à fort risque terroriste soient mis sous surveillance pour éviter que des actions militaires puissent être engagées". La France est dans le viseur de cet élu qui a ajouté qu’il "n’était pas acceptable que 5.000 combattants étrangers aient des passeports occidentaux". Une allusion directe à la France et la Belgique.
 
Ce n’est pas la première fois que les Républicains s’attaquent à ce dossier. Début 2015, Candice Miller, membre du Congrès également, avait déclaré dans la presse qu’il "fallait suspendre l’ESTA pour les pays qui  ne partageraient pas assez d'informations sur les menaces terroristes repérés dans leur pays ». Et d'ajouter que "Bon nombre de personnes surveillées en France ou ailleurs ne font pas l'objet d'un échange de données régulier avec les Etats Unis".