Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Uber part à la conquête de Brussel Airport


Alors que le Plan taxis du gouvernement bruxellois travaille à définir un cadre légal aux VTC, Uber poursuit sa conquête du marché belge. L'entreprise controversée a envoyé un message à ses chauffeurs indiquant la procédure à suivre pour prendre en charge des clients sur l'aéroport de Bruxelles Zaventem. Elle veut mettre en place une «file virtuelle» dans la zone de l'installation.



Jusqu'à présent, les chauffeurs [Uber]url:https://www.uber.com prennent généralement en charge les clients dans la zone kiss & Fly au niveau des départs de l'aéroport de Bruxelles, une pratique peu commode pour les clients et contraire à la réglementation de la plate-forme. Face à «une demande de plus en plus importante à l'aéroport de Zaventem», la société américaine souhaite adopter une nouvelle procédure qu'elle a présenté dans un mail envoyé aux chauffeurs, publié par le [Blog de Sel]url:http://blog.marcelsel.com/2015/04/10/exclu-uber-a-lassaut-de-bruxelles-national-zaventem/ et relayé par [La libre.be]url:http://www.lalibre.be/economie/actualite/uber-s-attaque-a-l-aeroport-national-552a9bac3570fde9b2a8e1f7 . Elle veut mettre en place «Un système de ‘file virtuelle’ dans la zone de l’aéroport. Lorsqu’un conducteur entre dans la zone, un numéro de file lui est virtuellement attribué». Uber explique: «Au moment où un trajet est commandé dans la zone, la demande sera transférée au conducteur qui est arrivé le premier et pas au conducteur le plus proche comme c’est le cas d’habitude. Cela vous permettra d’attendre un peu plus loin».
En outre et pour faciliter les courses au départ de la plate-forme, les chauffeurs doivent utiliser les parkings et non l'espace dépose-minute. L'entreprise a ainsi instauré la facturation de 2,5 euros supplémentaires au client pris en charge à Brussels Airport pour couvrir les «frais de parking». Malgré cette somme, Uber et son service UberPop affirment qu'ils vont toujours proposer des prix concurrentiels face aux taxis.