Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 24 Janvier 2010

Un Français installé au Canada expulsé par les autorités canadiennes à la demande de l’immigration américaine



Installé à Vancouver avec des papiers en bonne et due forme, Guillaume Carabin, un jeune concepteur graphiste, a passé trois jours en prison avant Noël pour découvrir à sa sortie qu'il serait renvoyé en France par les autorités canadiennes. À l'origine de cette étrange affaire, le film protégeant la photo sur son passeport français, qui était légèrement décollée.



Un Français installé au Canada expulsé par les autorités canadiennes à la demande de l’immigration américaine
La paranoïa sécuritaire n'en finit pas de frapper à la frontière américaine. Après l'arrestation d'un Français, qui avait plaisanté dans un avion en demandant à son voisin si le paquet qu'il devait mettre pour lui dans le compartiment à bagages n'était pas une bombe, voilà qu'un simple film plastique légèrement décollé, celui qui protège la photo sur les passeports biométriques, a fait tiquer les responsables de l'immigration américaine… Au point de faire incarcérer le porteur du passeport. Guillaume Carabin a été renvoyé au Canada, sans papiers, et accusé d'avoir voulu entrer illégalement aux Etats-Unis. L'infraction lui a valu quatre jours de détention et un avis d'expulsion vers la France, les autorités canadiennes ayant remis en cause son autorisation de séjour, parfaitement légale, sur le sol canadien. L'incident, qui remonte au 17 décembre dernier, et que relate aujourd'hui la presse Canadienne, démontre l'extrême sensibilité des autorités américaines en matière de surveillance à l'entrée du territoire américain. Cette situation absurde, soulignée par le Consulat de France à Vancouver, conduit aujourd'hui les autorités américaines et canadiennes à préciser qu'elles "n'accepteront aucune altération, même minime, sur un document administratif faisant autorité pour passer une frontière". Dans un document émis au début du mois de janvier, les autorités américaines rappellent que les passeports doivent être présentés en dehors de toute pochette de protection et ne doivent présenter aucune anomalie même minime. Le document précise que « tout porteur d’un document présentant des irrégularités visibles et invisibles sera systématiquement refoulé ». Dont acte.