Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 14 Avril 2013

Un Livre Blanc autour des fraudes à la carte bancaire



Selon Fia Net, organisme de certification des paiements sur internet, la fraude à la carte bancaire reste fortement pénalisante pour les utilisateurs de la "plastic money". L'édition de Certissim 2013, son livre blanc sur le sujet, confirme l'importance du mal.



Un Livre Blanc autour des fraudes à la carte bancaire
En 2012, avec 26 millions de transactions analysées pour un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards d’euros, Certissim a constaté un taux de tentatives de fraude de 2,98 % en nombre et de 3,91 % en valeur. Cependant, moins d’une tentative sur trente se traduit par un impayé frauduleux pour les e-commerçants.

En supposant que tous les sites marchands disposent d’un système de lutte contre la fraude efficace et en extrapolant ces analyses à l’ensemble du e-commerce français, soit 45 milliards d’euros de chiffre d’affaires1, les tentatives de fraude auraient représenté plus de 1,7 milliard d’euros en 2012. Selon Certissim, deux facteurs ont contribué à l’augmentation du risque de fraude sur Internet ces dernières années. D’une part, la démocratisation de la vente en ligne a créée de nouvelles opportunités, tant en volume qu’en valeur, pour les fraudeurs. D’autre part, le secteur a fait face à l’arrivée de nouveaux fraudeurs, professionnels, intégrés au sein d’organisations criminelles, améliorant sans cesse leurs méthodes et cherchant à industrialiser la fraude afin de maximiser le gain.

Cette industrialisation est la différence majeure entre un fraudeur opportuniste et un fraudeur professionnel. Le premier ne donne pas suite à sa tentative lorsqu’elle est réussie alors que le second réitèrera autant que possible une fraude aboutie. Les secteurs traditionnellement fraudés, tels que l’électroménager, la téléphonie et la parfumerie restent parmi leurs cibles de choix.

La professionnalisation des délits implique une structuration des réseaux de fraudeurs. En amont des commandes, ils ont un besoin de données usurpées. Cet aspect est alimenté par des vols ayant lieu dans la vie de tous les jours comme sur Internet, par le biais de phishing ou de hacking. Les fraudeurs utilisent toutes sortes de données, coordonnées bancaires ou simple adresse de livraison. Elles leur permettent d’effectuer des commandes frauduleuses sur Internet en minimisant les risques d’être repérés. Juste après la commande, ils ont un besoin d’intermédiaires complices ou non pour récupérer les marchandises. Le fraudeur peut embaucher une personne honnête, une « mule », via des sites de petites annonces. Son travail est de réceptionner et réexpédier des colis depuis son domicile, sans savoir qu’il s’agit de marchandises volées. Enfin, ces réseaux ont besoin de débouchés. Les marchandises doivent être revendues, ce qui sous-entend l’existence d’un marché parallèle et d’acheteurs potentiels.