Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Un avion d'Air France mis en danger à l'approche de Roissy


Rapporté par le magazine Ainonline, l'incident met en cause un équipage d'Air France mais aussi un contrôleur pour une mauvaise approche de Roissy à l'arrivée d'un vol provenant de Bamako, le 12 mars dernier.



Il est rare que le BEA, comme il le fait dans son rapport sur l'incident, épingle aussi nettement un équipage mais aussi le contrôleur qui a suivi la trajectoire et l'approche de l'appareil. La visibilité était mauvaise, et selon le rapport «L'incident grave est dû à la surveillance insuffisante de la trajectoire de l'avion par le contrôleur et par l'équipage» ainsi qu'à «la décision de l'équipage de poursuivre l'approche» malgré une position inappropriée, à plus haute altitude que prévu. Le rapport dénonce également «l'utilisation par l'équipage d'une méthode inadaptée» pour remettre l'avion sur la bonne trajectoire de descente, obligeant l'appareil à piquer trop vite vers le sol. L'agence France Presse rapporte le commentaire d'Eric Prevot, commandant de bord sur Boeing 777 et porte-parole de la direction générale des opérations aériennes chez Air France : «Ce n'est pas un non événement mais nous ne sommes pas passés à côté de la catastrophe». Il reconnait que «La réaction rapide de l'équipage a permis de garder la maîtrise de la trajectoire», a-t-il ajouté, soulignant que «l'avion est resté en permanence dans le domaine de vol prévu par le constructeur» Airbus. Il reste qu'à la suite du dérapage, l'équipage a été fermement invité à reprendre l'entrainement et la compagnie a rappelé - comme toujours dans ce cas - à l'ensemble des pilotes les bonnes pratiques sur l'utilisation de l'ILS.
A noter que le BEA souligne un manque d'outil pour les contrôleurs pour «guider un aéronef en pouvant vérifier sa position par rapport au plan de descente et favoriser la diminution du nombre d'approches non stabilisées», estime-t-il. Il recommande donc que la direction générale de l'aviation civile étudie la mise en place d'un système pour aider les contrôleurs.