Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Un bon mois d'octobre pour les hôtels franciliens


Les voyageurs d'affaires ont vu les prix hôteliers grimper dans la région Ile-de-France en octobre dernier, souligne le baromètre In Extenso Deloitte. L’hôtellerie francilienne a en effet profité des rendez-vous MICE programmés au parc des expositions de Villepinte. En revanche le secteur rencontre de situations plus disparates en régions.



Selon le baromètre mensuel de In Extenso Deloitte, la reprise sur le marché hôtelier francilien s'est confirmée en octobre: «A Paris et sur la plupart des départements de petite et grande couronnes, les hôtels ont atteint d’excellents niveaux d’activité, souvent associés à une hausse significative des prix moyens. La croissance des indicateurs a même été spectaculaire en Seine-Saint-Denis, dans le Val-d’Oise et dans l’ouest de la Seine-et-Marne, amplifiée par la tenue de deux grands salons au parc des expositions de Villepinte : le SIAL (agroalimentaire) et le CPHI (pharmaceutique)». En effet, le RMC d'octobre des établissements milieu de gamme en Seine de Saint Denis a grimpé de 22,7 % (102 €) tandis que celui du Val-d’Oise a augmenté de 18,1 % (122 €).

Le littoral également en bonne forme
Sur la Côte d’Azur et sur les destinations balnéaires facilement accessibles depuis la région parisienne (Normandie, Bretagne, Pays de la Loire), la météo exceptionnelle du mois d’octobre a favorisé les courts séjours et les taux d’occupation. «Sans inverser la tendance annuelle, ce regain post-estival de fréquentation est venu légèrement redresser les perspectives 2014, notamment sur la zone Bretagne - Pays de la Loire», ajoute l'étude. Sur le reste de la province (hors Côte d’Azur), il est plus difficile de trouver des motifs de satisfaction. Les catégories supérieures affichent des taux d’occupation en hausse. Cependant, le différentiel avec les niveaux de fréquentation d’avant-crise reste important, de l’ordre de 5 à 10 points par rapport à octobre 2008 par exemple. En outre, le recul des prix moyens se poursuit. C’est également le cas sur les segments Super-économique et Économique, où la fréquentation a par ailleurs poursuivi son repli en octobre.

Des résultats divers sur les grandes villes
Observés destination par destination, les résultats sont contrastés sur les grandes villes françaises. «La crise économique y apparaît encore bien présente. Comme déjà évoqué les mois précédents, son incidence sur les indicateurs commerciaux est souvent amplifiée par l’augmentation de l’offre». Ainsi, les niveaux d’activité d’octobre restent très inférieurs à la normale à Marseille, Montpellier, Nantes ou encore Toulouse. «Dans ce contexte, les hôtels situés en périphérie d’agglomération sont plus vulnérables et attendent toujours avec impatience une reprise soutenue de la demande de tourisme d’affaires», conclut le baromètre.