Dimanche 27 Mars 2011

Un contrôleur aérien s'endort pendant son service : les avions se débrouillent seuls


Deux avions ont dû atterrir sans aucune instruction de la tour de contrôle dans la nuit du 22 au 23 mars, à l’aéroport Reagan de Washington. L’aiguilleur du ciel a reconnu s’être endormi à son poste, après quatre permanences de nuit consécutives. Il a immédiatement été suspendu par l'autorité de l'aviation civile américaine, qui repense l’organisation du poste.



© Ziggy Smolinski
© Ziggy Smolinski
On ne peut donc plus dormir tranquille à Washington... Du moins pas dans la tour de contrôle de l'aéroport, qui semble pourtant offrir un confort appréciable. Le sommeil de l'aiguilleur du ciel a largement fait parler de lui dans les médias américains et même internationaux. Les pilotes de deux appareils en provenance de Miami et Chicago, qui transportaient au total 165 passagers, ont dû se débrouiller seuls pour atterrir à Washington, faute de réponse de la part de la tour locale. Après avoir longtemps tourné dans les airs en attendant une réponse, les pilotes ont finalement été contraints d’appliquer les procédures d’urgence, avec succès.
Si l’histoire peut prêter à sourire – après tout, aucun accident n’est à déplorer – elle n’amuse pas du tout les autorités américaines. Le ministre des transports Ray Lahood a déjà requis la mise en service d’un deuxième contrôleur, en soulignant le caractère particulièrement sensible de la zone concernée. A quelques kilomètres du dormeur de la tour, séjourne le Président américain.

Notons que depuis cet incident, l'aéroport de Washington aura deux contrôleurs du ciel en permanence. L'administration américaine a également décidé de lancer un vaste plan de contrôle des structures aéroportuaires du contrôle aérien. D'autres aéroports pourraient être concernés.