Mercredi 25 Janvier 2012

Un controleur devant chaque porte du TGV Paris-Rennes


La SNCF améliore la sécurité de ses TGV. En plus des contrôles à l'entrée du quai proposés dans les gares de Marseille et Lille pour les trains en direction de Paris, elle place maintenant des contrôleurs devant chaque porte de la ligne Paris-Rennes. Les agents ont une mission d'information mais aussi de contrôle des billets et de sécurité.



Un controleur devant chaque porte du TGV Paris-Rennes
En octobre 2011, un contrôleur de la SNCF s’était fait agresser à coups de couteau sur la ligne Lyon-Strasbourg. Les cheminots avaient alors stoppé le travail et réclamé plus de sécurité dans les rames provoquant des perturbations du trafic. En respect avec les accords pris à l’époque, la compagnie ferroviaire vient de mettre en place cette semaine un accueil-contrôle des billets sur la ligne Paris-Rennes. En gare, un agent de la SNCF sera présent devant chaque porte du TGV afin d’orienter les passagers et surtout vérifier leur titre de transport car 60 % des incidents sur dans les wagons sont provoqués par des personnes sans billet. Cette expérimentation ne concerne pour le moment que les voitures de première classe et sera élargie au reste du train en avril. Elle présente toutefois une limite, la vérification systématique ne se fera pas dans les gares intermédiaires. Avant une possible généralisation du dispositif au réseau entier, d’autres lignes vont le tester au préalable : Paris-Marseille en avril, Paris-Lille et Paris-Reims en septembre.

Notez




1.Posté par PAT le 26/01/2012 08:20
J'avais commenté votre précédent article sur le même sujet (Quand la SNCF sécurise l'accès à bord des trains - 10/10/2011 - ). Je replace ci-dessous ce commentaire.

Le filtrage de l'accès à un TGV et un premier contrôle superficiel (on ne vous demandera jamais par exemple votre carte de réduction) a déjà existé sous le nom d'accueil-embarquement. Il visait essentiellement à faire respecter l'obligation de réservation. Ce filtrage d'accès étant potentiellement dangereux pour les personnels qui en ont la charge, il a toujours fallu prévoir en soutien des forces de sécurité pour parer à toute éventualité !

Accueils-embarquement qui nécessitent donc des moyens humains considérables. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils ont été peu à peu supprimés.

En plus, dans les faits, dans les dernières minutes de cet accueil embarquement il faut bien laisser passer à la va-vite les derniers voyageurs se présentant en bout de quai... sauf à leur faire rater leur train ! Et dans de nombreuses gares, en cherchant vous pouvez trouver assez facilement un accès dérobé non contrôlé...

Ce qui est qualifié d'expérimentation sur Paris Rennes était déjà dans les cartons depuis plusieurs mois. Expérimentation ayant pour objectif le service à la clientèle professionnelle. Projet qui jusqu'à ce jour n'avait donc pas grand chose à voir avec la sûreté.

Ces procédures d'accueil embarquement, ne peuvent concerner que la gare origine d'une circulation. Difficile, voire impossible (encore que jamais rien n'est impossible si c'est juste une quesiton de moyens) dans les gares de passage.

L'impression un peu qu'on essaye de réinventer le contrôle d'accès à quai comme il existait jusqu'en 1978 mais sans oser franchir le pas (question de moyens humains !).

Les cheminots ont ce dicton : "faire et défaire, c'est toujours du chemin de fer" !

Lorsqu'il y aura de nouveaux exploitants ferroviaires, ce sera intéressant de voir comment ils s'y prendront.

2.Posté par Marcel Levy le 26/01/2012 08:48
Bonjour
Vous avez raison même si deux points changent. La première c'est qu'à l'époque nous ne connaissions pas la ligne "test", la seconde est qu'il s'agit dune expérience grandeur nature pour déterminer les failles du système et améliorer le service proposé.
C'est à ce titre qu'il faudra suivre ce qui se fait même si je partage vos réserves.
Cordialement
Marcel Lévy

3.Posté par PAT le 26/01/2012 09:23
Inconnue sur la ligne test ? J'écrivais déjà dans mon commentaire d'octobre 2011 qu'il s'agissait de Paris - Rennes. Si cette ligne était connue c'est, comme je l'expliquais, que l'affaire était déjà dans les tuyaux depuis un certain temps sous l'angle de la différenciation du service pour les voyageurs professionnels, d'où la limitation de l'expérimentation à la première classe (CQFD). Ce projet a tout simplement été recyclé pour répondre à un problème de sûreté devenu pressant suite à un grave incident dans la période. Simple affichage vis-à-vis des partenaires sociaux et des pouvoirs publics ? Occasion de faire d'une pierre deux coups ? Peut-être ? Mais, comme vous le soulignez, ça reste à suivre dans la durée. A noter ou à préciser, ce sont seulement les TGV Paris - Rennes qui sont concernés. Si le TGV est à destination de Brest (il dessert Rennes), il ne bénéficiera pas de cette expérimentation.

4.Posté par HUGUES le 26/01/2012 15:39
Bonjour,

J'ai bénéficié du service embarquement sur un TGV au départ de Rennes aujourd'hui ; c'est formidable. Un vrai geste de service avec des agents SNCF qui ont le sourire et l'enthousiasme affichés.
En plus, quand on a payé son billet, ça fait du bien de savoir que tout le monde est dans la même situation.
Et puis, ça fait des années que THALYS le propose ; c'est exactement le même principe et le tout, c'est que tout le monde s'habitue. Vivement la 2nde classe !!!





Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1216 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.