Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 16 Avril 2012

Un nouveau contrat entre le STIF et la SNCF



Destiné à améliorer le service en Ile de France, le STIF (Syndicat des Transports d'Ile de France), présidé par Jean-Paul Huchon, a approuvé le nouveau contrat avec la SNCF pour la période 2012-2015. Il devrait marquer une avancée dans la prise en compte des attentes des voyageurs en termes d’offre de transport, de qualité de service, de développement et de modernisation du réseau francilien de transports en commun.



Un nouveau contrat entre le STIF et la SNCF
Concrètement, ce nouveau contrat donne les moyens à la SNCF tant en ce qui concerne le fonctionnement quotidien que l’investissement. Il s’articule autour de 3 thèmes majeurs :
- la ponctualité, avec entre autre la modification de l’indicateur de suivi de la régularité et de la qualité, pour une mesure plus proche de la perception qu’ont les voyageurs de leurs transports,
- l’amélioration du service quotidien et le renfort de la place accordée aux voyageurs dans le suivi des contrats,
- la modernisation du réseau avec un programme d’investissement de 2,6 milliards d’euros sur 4 ans et une contribution annuelle versée par le STIF à la SNCF (la contribution annuelle du STIF est de 1715 M€ en € constants sur la durée du contrat) qui serviront ces ambitions. Globalement, l’incitation à la réalisation de l’offre et à la ponctualité passe d’un montant annuel de 11,3 M€ à 26,6 M€. Ainsi, le seul poids de la ponctualité dans le système global d’incitation financière (bonus/malus) augmente de plus de 55% par rapport au contrat précédent (de 5,4 à 12,6 millions d’euros/an). Avec ce nouveau contrat, la production est maintenant mesurée en distinguant les heures de pointe des heures creuses, sur les trains et RER, en prenant en compte les trains supprimés aux terminus. L’amélioration de l’information apportée aux voyageurs devient une priorité contractuelle avec une incitation financière qui passe d’un montant annuel de 2,8 M€ à un montant de 4,1 M€. C’est le premier indicateur de la qualité, après la régularité. La mesure de cette qualité de l’information et les obligations des opérateurs (SNCF, RATP...) sont progressivement unifiées, grâce à la contractualisation du Schéma directeur de l’information voyageur (SDIV).

Autre élément pris en compte, les progrès sur l’accueil des voyageurs par les agents avec une grille de mesure plus fine (qualité de l’accueil, disponibilité, qualité des renseignements...). 24 M€/an seront consacrés au renforcement du nombre d’agents en contact avec les voyageurs, ou à l’entretien des équipements nouveaux et 16 M€/an permettront de renforcer la maintenance du matériel roulant. En termes d’emplois, ce sont 170 agents supplémentaires attendus en contact avec les voyageurs et une centaine d’agents supplémentaires de la SUGE par rapport aux effectifs actuels. Enfin, un changement s’opère dans la mesure de la propreté qui passe d’une grille de suivi opérationnel des prestataires à une grille définie selon la ressentie par le voyageur (odeurs, saleté, dégradations…).