Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 3 Avril 2016

Un nouvel horizon pour Emmanuel Menu qui quitte Jet Airways



Vice-Président Europe Continentale, Amériques et Canada, le belge Emmanuel Menu quitte Jet Airways pour de nouveaux horizons encore inconnus, après 11 années passées à déployer les ailes de la compagnie indienne en Europe.



"C’était le bon moment pour passer à autre chose", explique sobrement Emmanuel Menu. Patron de la compagnie en Europe depuis 11 ans, il en a porté la croissance tout au long de ces années, passant de General Manager pour le Royaume Uni au poste de Vice-Président Europe et Amériques pour faire de la compagnie indienne une alternative reconnue, crédible et efficace pour rejoindre Delhi ou Bombay. "Jet Airways est devenue une marque vers l’Inde", reconnait-il avec modestie et ce n’était pas gagné dans des marchés qui, sauf le UK, ne sont pas forcément naturellement tournés vers le sous-continent. "J’ai le sentiment de passer la main sur un succès commercial, d’avoir mis en place les bases d’une nouvelle croissance".

La compagnie a en effet déplacé la semaine dernière ses vols de Bruxelles à Amsterdam avec un accord de partenariat entre Jet Airways, Air France/Klm et Delta pour multiplier les destinations et les options pour les voyageurs d’affaires. "C’est une nouvelle phase de développement en Europe, je n’y participerai pas mais c’est un beau challenge", souligne Emmanuel Menu qui quitte la compagnie en très bons termes avec le charismatique patron Nareh Goyal.

Son dernier défi avant de partir consistait justement à fermer Bruxelles pour ouvrir l’escale d’Amsterdam. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opération s’est déroulée dans un contexte compliqué. "La semaine s’annonçait délicate, elle a finalement été une semaine de crise", reconnait Emmanuel, très touché par les attentats dans son pays. Tous les vols du 23 au 27 mars de la compagnie ont été annulés avant le déplacement des 3 avions de la base aux Pays-Bas. "Il va y avoir un boulot monstre pour revenir à la normale à l’aéroport. Il va falloir faire de gros efforts pour répondre aux besoins des compagnies et de leurs clients. Brussels Airport y arrivera c’est certain, mais la remise en place du poumon économique est un énorme enjeu".

Effectif depuis le 1er avril, le départ d’Emmanuel marque un virage dans sa vie professionnelle mais "Pas de projet concrets pour l’instant, j’ai plusieurs pistes dont un projet entrepreneurial mais je veux me donner du temps". Garder la maîtrise et prendre le temps de la réflexion, cela ressemble bien au flegme d’Emmanuel Menu.