fdc080474b4521c1a47328b67a8c23be.txt
Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Deplacements Pr


Le premier quotidien du voyage d'affaires et des déplacements professionnels






Un passager sur 3 est prêt à payer jusqu'à 30€ pour une connexion en vol


Être toujours connecté, même à 10 000 mètres d'altitude, est devenu quasiment vital pour les voyageurs d'affaires. Et ils sont prêts à mettre la main au porte-monnaie pour bénéficier de ce service. Selon l'étude réalisée par Next Content pour liligo.com, 31% des passagers accepteraient de payer l'équivalent du prix d’un mois d’abonnement à Internet sur la terre ferme pour une connexion en vol.



Les passagers restent connectés pendant leurs déplacements. 92% ont un appareil mobile (smartphone ou tablette) dont 85% un smartphone. En outre, plus de 4 sondés sur 10 réclament une connexion Internet en vol. L’usage d’un appareil mobile est d’ailleurs plus valorisé qu’une meilleure restauration selon l'étude. Par ailleurs, 1/3 des voyageurs utilisent fréquemment leur connexion Internet avant le décollage. Le taux grimpe à 42% chez les voyageurs fréquents (3 vols ou plus dans les 12 derniers mois). Ainsi, plus le recours à l’avion est fréquent, plus la connexion est répandue. Pressées ou totalement accros, 8% des personnes interrogées ont avoué se connecter après la demande de mise hors tension des appareils électroniques.

Se connecter... même si c'est payant
41% des voyageurs se disent prêts à payer pour une connexion Internet à bord. 31% ont même assuré qu'ils accepteraient de débourser 30 euros supplémentaires pour pouvoir bénéficier d'Internet illimité pendant un vol long-courrier. «En d’autres termes, les voyageurs interrogés sont prêts à payer le prix d’un mois complet d’abonnement Internet à domicile pour surfer librement pendant leur vol», ajoute l'étude. 35% des voyageurs envisagent aussi de payer via mobile, sans carte bleue, pour leurs achats à bord (films, musique en streaming ou encore consommations).

Un but ludique ou pratique
A l’aéroport, près des 2/3 des voyageurs se connectent souvent à internet. L’objectif est d’occuper son temps en se divertissant mais surtout d’utiliser des services en ligne permettant de mieux maîtriser les étapes du transit dans l’installation comme identifier le bon quai d’enregistrement, la porte d’embarquement qui vient d’être modifiée, passer les portiques de sûreté. Les passagers réclament ainsi surtout des informations et des alertes sur les retards des vols ou l’horaire d’embarquement.

Passant pour la majorité d’entre-eux entre 1h et 2h à l'aéroport, ils cherchent à occuper au mieux leur temps d’attente. Ils sont 43% à le faire en se connectant à Internet. Ils sont également 40% à jouer sur leur smartphone ou sur leur tablette. La mise à disposition de services de divertissement (films, séries, musiques, journaux au format numérique) est ainsi le premier souhait des sondés en matière de services connectés pour patienter sur la plate-forme... après le confort des espaces d’attente.

63% des voyageurs se montrent aussi intéressés par des services autour des bagages connectés, notamment pour leur permettre de localiser et suivre leur bagage pour le récupérer plus facilement.

Les passagers sont près à de nombreux sacrifices pour avoir une connexion. En plus d'accepter de payer, ils sont prêts à sacrifier une partie de leur vie privée pour que l’aéroport leur propose des services en mobilité plus personnalisés (73% y sont favorables).